mon oeil sur la planète

le blog écolo et responsable qui ne se prend pas au sérieux !

La balle de tennis n’est pas biodégradable, mais alors pas du tout ! 3 juin 2009

Filed under: Les bonnes pratiques,Tri des déchets — greenmarie @ 10:00
Tags: ,

Image 7« Sur le court central de Roland-Garros, la sphère jaune file comme l’éclair. Mais il faudra 2 500 ans pour que Dame Nature digère son caoutchouc.

Rafael Nadal aime la planète. La preuve ? Il s’échine à expédier ses matchs, utilisant ainsi un minimum de balles. Lors de la finale de Roland-Garros en 2008, 22 jeux ont été disputés, nécessitant seulement deux changements de balles. Un vrai geste écolo quand on sait que Mère Nature digère mal le caoutchouc. Celui utilisé pour fabriquer les balles de tennis peut persister dans l’environnement jusqu’à 2 500 ans. Joueurs du dimanche, vous avez bien lu : il faut 25 siècles pour venir à bout de chaque petite sphère de 53 grammes égarée dans le jardin du voisin ! Les balles de compétition, elles, se réutilisent en entraînement, puis pour les initiations dans les écoles de tennis. Et après un à deux ans d’une existence frappée, elles finissent leur vie à l’incinérateur.

Ce destin est partagé par les 14 millions de balles vendues chaque année en France.« Cette consommation effrénée sans que rien ne soit mis en place pour un éventuel recyclage » vaut au tennis d’avoir été classé, en 2007, cinquième sport le plus polluant par le magazine Sport et Vie. []

Cadeaux aux associations

La Fédération française de tennis (FFT) se devait donc de réagir. L’an passé, elle a ainsi profité des Internationaux de France pour lancer l’Opération balle jaune. Objectif : récupérer 40 000 balles usagées dans sept ligues pilotes dans un premier temps, puis dans les 36 ligues nationales. Mais avant de se lancer, la FFT devait tout de même vérifier que le jeu en valait la chandelle. Autrement dit : les balles jaunes sont-elles recyclables et que peut-on en faire ? Arnaud Louveau, responsable Equipement et recherche de Labosport, un laboratoire de certification d’équipements sportifs, a dirigé l’étude : « Comme on ne refait pas des balles avec des balles, il fallait trouver une filière de valorisation pour ce matériau. Nous avons identifié que le même type de caoutchouc de très haute qualité est utilisé pour fabriquer des pneumatiques et des sols sportifs. » Alors va pour les pistes d’athlétisme, les revêtements de gymnase… Et puisque la FFT veut allier écologie et action sociale, ceux-ci seront offerts à des associations. (…) »

 

Moralité, on soigne son service pour ne pas envoyer ses balles dans la nature !


Source Terra Eco, avec mes remerciements

Pour voir l’article en entier : http://www.terra-economica.info/La-balle-de-tennis,4774.html?var_recherche=balle%20de%20tennis

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s