mon oeil sur la planète

le blog écolo et responsable qui ne se prend pas au sérieux !

Le paquet de cigarette est-il recyclable ? 27 septembre 2009

SNC15405Vendredi soir, j’ai invité quelques amis à la maison, et en rangeant j’ai retrouvé plusieurs paquets de cigarettes vides dans la poubelle des emballages ; ils sont pas cools mes copains trieurs ? soit je les ai traumatisés avec mes poubelles soit les comportements changent … écologiquement parlant fumer pollue l’air et je ne parle pas des mégots que l’on retrouve partout dans les rues, les pelouses et sur la plage (fumeurs munissez vous de cendriers je-ta-bles !) mais ce n’est pas le sujet de ce billet.

Les paquets se recyclent- ils ? OUI MAIS

Seul l’emballage carton est recyclable mais pas le film plastique autour ni l’opercule en aluminium à l’intérieur. Donc si vous voulez bien faire : ôtez le plastique et l’aluminium mais il vous faudra aussi mettre à plat votre paquet ! Pourquoi ? parce que les opérateurs de la chaîne de tri n’ont pas le temps de voir si vous avez tout bien enlevé et risquent de l’éjecter du recyclage …

Internautes fumeurs, sachez également que des cigarettes durables ont été mises au point avec du tabac bio, du papier recyclé, sans pesticides ni polonium : un moindre mal ou du f..tage de gueule ??? pour vous faire une idée c’est par ici : http://sebisghosts.free.fr/index.php?2009/07/30/332-monsanti-lance-la-cigarette-durable

Publicités
 

Youpi, un nouveau choco BN sans graisses hydrogénées ! 24 septembre 2009

Filed under: Alimentation,Marques responsables — greenmarie @ 9:19
Tags:

Image 4 Signe des temps, même le sacro saint choco BN, le roi du goûter depuis 1933, le quatre heure à moteur se met au goût du jour avec un retour à des ingrédients plus naturels et un emballage plus écologique. Déjà que le partenariat avec Eco-emballages nous incitait à trier le carton ondulé à l’intérieur du paquet pour le recycler, maintenant le dit carton est beige car non blanchi au chlore.

Mais le changement significatif s’est fait sur les qualités gustatives et nutritionnelles : finies les matières grasses hydrogénées et place aux céréales complètes qui favorisent la sensation de satiété.

Les graisses hydrogénées ou acides Gras trans, qu’est ce que c’est ?

« Pour obtenir les graisses hydrogénées dans l’industrie, au chauffe les huiles à très haute température. Ce raffinage est suivi d’une hydrogénation partielle ou totale. Le but est de diminuer le prix de vente et ainsi faire plus de profit au détriment du consommateur. L’huile, plus solide facilite la confection des biscuits et produits préparés et se conserve plus longtemps. Les AGT sont beaucoup plus dangereux pour la santé que les pires des graisses animales. Non seulement ils augmentent le mauvais cholestérol mais ils diminuent également le bon.

Véritable fléau de l’alimentation industrielle, les AGT sont durs à éviter car ils sont partout : dans les biscuits, dans les soupes, dans les pizzas, dans les plats surgelés, dans les gâteaux apéritifs. » Et devinez qui en sont les premières victimes : les enfants !

Quand on creuse un peu le sujet, ça fait froid dans le dos, ces acides gras trans sont un facteur d’obésité, de problèmes cardio-vasculaires et même de cancers du sein… brrrr allez oust les margarines, beurres allégés, et autres biscuits contenant la mention graisses hydrogénées.

Et pour ceux qui suivent ce blog : oui ça fait deux billets sur le BN ! ce ne sont pas des liens sponsorisés mais de la pédagogie pour mon mari qui fait mentir le consommateur type (coeur de cible de 3 à 10 ans ) du BN, parce que moi je préfère les Prince 😉

pour en savoir plus sur les AGT : http://info-cholesterol.noname.fr/ac-graisses-hydrogenees-1.html

et pour redécouvrir la saga BN, un article paru ces jours ci dans les Echos : cliquez là

 

Recyclez vos piles et batteries 21 septembre 2009

Batribox est un programme créé en 2006 à l’initiative d’un éco-organisme chargé de la collecte et du recyclage de piles et de batteries. Les adhérents sont pour la plupart des fabricants et distributeurs (téléphonie, électroménager, informatique, jouets, photographie,…), ils financent donc la collecte et le tri des piles et batteries qu’ils commercialisent.

Image 5

Les points de collectes sont nombreux : collectivités, petites et moyennes surfaces de vente spécialisées (Franprix, Leader Price ou encore Botanic par exemple) mais aussi les entreprises. Il est d’ailleurs assez simple de faire venir Batribox jusqu’à votre entreprise, il suffit de les contacter pour se faire livrer de petites boites en carton à mettre à la disposition des collaborateurs qui pourront y déposer leurs piles et batteries usagées. Hélas aujourd’hui en France, seulement 1 pile sur 4 est recyclée, les 3 autres partent soit dans la nature soit en incinérateur.

Ce qui se recycle :  les batteries de téléphones, d’ordinateurs portables, d’appareils photos, les piles salines, alcalines, les piles bouton, …

Et pour tout savoir sur le cycle de tri et de traitement, voici une vidéo explicative : http://www.batribox.fr/#/fr/recyclage-mode-d-emploi/

Les métaux lourds sont récupérés et réutilisés dans l’industrie. Il faut savoir que les métaux sont très gourmands en énergie pour être extraits de la terre, que ce ne sont pas des matières renouvelables, et qu’ils peuvent être très polluants s’ils sont abandonnés dans la nature.

Pour en savoir plus, allez sur le site internet qui est très didactique : points de collectes, identification des appareils contenant des piles et batteries, explication du cycle de tri et de recyclage : http://www.batribox.fr/

et visionnez l’animation des Apprentis z’écolos : http://www.dailymotion.com/video/x4un1g_les-apprentis-zecolos-la-pile_news

 

0% de trucs bizarres dedans 20 septembre 2009

Filed under: Alimentation,C'est dit — greenmarie @ 7:14
Tags: ,

Image 4

Vous avez remarqué ? pendant longtemps les publicités des produits faisaient de la surenchère sur le plus de ceci et le plus de cela, maintenant l’argument qui prévaut c’est moins y’en a, mieux c’est, du 0% s’il vous plait ! Je ne parle de calories mais de paraben, de colorants, de phénoxyéthanol, d’émulsifiant, de trucs bizarres quoi.

C’est un retour au naturel plébiscité par beaucoup.

Le must : faire tout soi même ; mais si souvenez vous un smoothie c’est des fruits, des fruits et encore des fruits ! une purée ? des pommes de terre et du lait ! 9  yaourts aux fruits ? 1 litre de lait entier, 1 yaourt, du lait en poudre, la yaourtière de maman et quelques fraises par exemple !

Chassez le naturel … il revient au galop.

 

Renault, un constructeur automobile engagé, oui mais … 17 septembre 2009

La nouvelle signature de Renault, 111 ans au compteur, vient d’être annoncée par son président Carlos Ghosn : Changeons de vie, changeons l’automobile (Drive the Change).

Derrière cette promesse forte, des actions annoncées et surtout un projet d ‘entreprise qui guidera les 20 prochaines années du constructeur au losange.

Une vidéo accompagne la signature, avec un message dans le registre émotionnel, généreux, nostalgique, écologique, humain voire humaniste … « pour nous le plaisir n’est pas seulement celui du conducteur, c’est un plaisir partagé par tous ceux qui sont autour. » Comment ne pas adhérer à ses valeurs ? qui peut être contre la volonté de bien faire, de protéger l’autre, la planète ?

 

Image 1

Le crédo de Renault : « Faire avancer l’automobile dans le sens de l’homme, dans le sens de la vie. ». Sa stratégie : être le pionnier de la mobilité durable pour tous. Quelles preuves pour soutenir cette ambition ? de nouvelles générations de moteurs à faibles émissions de CO2 et le programme « Zéro émission », via une gamme de quatre concepts électriques : le quadricycle urbain Twizy, le quatre places Zoe, la berline cinq places Fluence et l’utilitaire Kangoo lesquels devront être commercialisés dans les 1000 jours (soit 2012).

Alors évidemment, quand on voit le film, on se dit que le message est beau, efficace, on veut bien croire à la sincérité du projet d’entreprise, à la volonté de relever ce défi technologique, industriel et humain.

 

Alors pourquoi ça me fait quand même l’effet d’une fausse bonne nouvelle ? Parce que l’automobile n’est pas l’avenir de l’homme ?

 

Nicolas Hulot dans GQ : le fond et la forme 14 septembre 2009

Image 3Nicolas Hulot en couverture de GQ (le magazine des hommes esthètes et hype) c’est extrêmement surprenant, un peu le mariage de la carpe et du lapin voyez et en même temps dans mon couple par exemple, mon chéri ce serait GQ et moi Nicolas Hulot, donc ça marche pas mal ensemble finalement ! Tout ça pour dire quoi ? et bien que quand j’ai vu le numéro de septembre, je l’ai acheté tout de suite, je l’ai lu et après seulement je l’ai filé à monsieur des fois qu’il épouserait (aussi) ma cause …

Mais surtout, et c’est tout l’objet de ce post, ce qui m’a frappé c’est le paradoxe entre les photos façon mode de Nicolas Hulot (pas mal du tout !) et la profondeur de son discours et de son engagement. Il n’y a aucune coquetterie dans son message, au contraire il se radicalise. Son propos dépasse aujourd’hui largement la cause environnementale pour prendre en compte la dimension sociale des maux dont l’humanité entière souffre. S’il convient que les choses bougent ces dernières années, il constate aussi que « ce qu’on fait pour le développement durable nous donne le sentiment d’avoir traité le problème. Mais de simples aménagements ne suffisent pas. Chacun doit incarner le changement qu’il veut voir naître. » Il prône un renoncement inéluctable à un certain mode de vie , « sans révolution culturelle, les choses vont se réguler de gré ou de force. Ce qu’on va libérer en addictions, en névroses, on va le retrouver en humain, en relationnel, on va se retrouver soi-même. (…) Aujourd’hui on préfère l’objet à l’autre. (…) Notre société crée de la frustration parce qu’elle crée tous les matins de nouveaux désirs dont on se passait la veille. » Il estime que les signaux sont rouge vifs, « la réalité physique du monde ne nous permet pas de continuer. Une croissance infinie dans un monde fini, il faut être économiste ou fou pour y croire ».

L’article qui suit l’interview retrace les 7 vies de celui qui est présenté aujourd’hui comme un des lobbyistes les plus puissants de France (son pacte écologique a fait bouger les lignes de la dernière campagne présidentielle, la taxe carbone c’est lui) ; mieux encore, pour le journaliste, Nicolas Hulot serait « en train de dessiner ce que sera peut être l’homme politique de demain : issu de la société civile, sans parti ni étiquette, expert ès medias, hésitant quand il s’agit du pouvoir, conseiller plus que dirigeant. »

Voilà pourquoi le magazine GQ a choisi de le mettre en couverture, et je leur laisse le mot de la fin « Après s’il veut bien mettre une chemise digne de ce nom, on  n’est pas contre … »

Rendez-vous le 19 octobre, pour la sortie en salle du  Syndrome du Titanic.

http://www.fondation-nicolas-hulot.org/

http://www.menstyle.fr/magazine/a_la_une/articles/090826-gq-n19–septembre-2009.aspx

 

Comment lutter au quotidien contre la déforestation ? 8 septembre 2009

Filed under: Les bonnes pratiques — greenmarie @ 9:30
Tags: , , , , , ,

Image 4 « La déforestation tropicale est responsable de 20% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, davantage que le secteur des transports au niveau mondial. Pour sauver le climat, il faut sauver les forêts ! Chaque année, 13 millions d’hectares de forêts disparaissent, soit environ un quart de la superficie de la France. Les forêts abritent la moitié de la biodiversité mondiale et constituent le cadre de vie de centaines de millions de personnes.

Cette année sera cruciale pour le climat et les forêts. Le sommet des Nations Unies sur les changements climatiques, qui aura lieu à Copenhague en décembre 2009, devra donner une suite au protocole de Kyoto. La question de la déforestation y occupera une place importante et des décisions doivent être prises pour STOPPER la déforestation, protéger les forêts et ainsi lutter contre les changements climatiques. »

De fait, la forêt amazonienne « le poumon de la planète » est l’objet de conflits de plus en plus violents entre parties-prenantes du développement économique du Brésil (élevage, exploitants forestiers et agricoles, soutenus par le président Lula) et de la défense de l’environnement. Les Nations Unies ont lancé récemment un cri d’alarme car déjà 17% de la forêt a disparu or l’Amazonie est la première forêt tropicale en surface, première réserve de biodiversité, première réserve d’eau douce et premier puits de carbone de la planète (chaque kilomètre carré de forêt détruit correspond à l’émission de 22 000 tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère). Les enjeux sont donc vitaux pour  l’ensemble de l’humanité.

A l’échelle européenne, la situation est beaucoup positive, les forêts se portent bien et notamment en France où la forêt s’accroît d’année en année.

Que peut-on faire à notre niveau de consommateur ?

Aujourd’hui certaines forêts sont gérées et exploitées durablement pour assurer un équilibre entre l’exploitation et préservation des richesses naturelles contrairement à l’exploitation illégale du bois notamment tropical dont les conséquences sont si désastreuses pour l’environnement, l’atmosphère, la biodiversité et les indigènes. Guettez bien sur le bois de construction, les meubles ou le papier que vous achetez l’un de ces deux standards : FSC (Forest Stewardship Council ) ou PEFC (Programm for the Endorsement of Forest Certification schemes). Ils garantissent que le fournisseur a respecté la dizaine de critères répondant à une gestion durable  des ressources en bois. Ces deux standards se sont imposés au niveau international et sont des références reconnues même si elles ne sont pas encore très médiatisées. Le premier a été créé en 1993 sous l’égide d’ONG comme le WWF et Greenpeace, et le second en réaction au premier en 1999 par des acteurs de la filière bois.

Sachez d’ores et déjà que des enseignes comme Carrefour, Ikéa, Leroy Merlin, Castorama ou encore les papiers Clairefontaine se sont engagés à n’utiliser que du bois issu de forêts gérées durablement, tandis que Kimberley Clark le géant mondial qui fabrique notamment les couches Huggies et les Kleenex vient enfin d’annoncer une démarche allant dans le même sens à hauteur de 60% de sa matière première.

Image 3
Image 2

sources : Greenpeace et Le Monde (article du 19/02/09)

http://www.fsc.org/

http://forets.greenpeace.fr/

http://www.pefc-france.org/