mon oeil sur la planète

le blog écolo et responsable qui ne se prend pas au sérieux !

J’ai lu « Le conflit. La femme et la mère » 14 avril 2010

Filed under: culturel,mes états d'âme ! — greenmarie @ 10:54
Tags: , ,

Bon bah oui d’accord j’arrive un peu après la bataille médiatique ! Mais il fallait trouver le temps de le lire ce livre, et du temps maintenant j’en ai (pour les raisons liées au pot de départ ci dessous !).

Et comme je n’aime pas parler de ce que je ne connais pas, il valait mieux le faire pour mieux comprendre l’emballement autour du dernier ouvrage d’Elizabeth Badinter. Tout d’abord je peux comprendre l’agressivité des réactions des lecteurs et d’ailleurs des non lecteurs aussi (qui avaient quelque-chose-à-dire-par-rapport-à-ce-qu’ils-en-avaient-entendu-dire) car la première partie du livre est particulièrement agressive dans le ton et dans les intentions. Si je ne savais pas que Mme Badinter a des enfants, j’aurai pensé que ça n’était pas le cas tellement elle semble cautionner et encourager l’absence d’enfants pour permettre aux femmes de rester « libres ».

Il est vrai que dans des pays comme l’Angleterre, l’Autriche, le Japon et surtout l’Allemagne elles sont 17 à 30% de femmes sans enfants (par choix ou de façon subie) contre 10% en France. Notre pays fait exception à la tendance de la baisse du nombre d’enfants par femme et cela l’auteur a du mal à l’expliquer, car les françaises ont un taux d’emploi parmi les plus élevés et la France n’a pas de politique volontaire en matière d’accueil de la petite enfance (seulement 1 enfant sur 10 a une place en crèche) en revanche la spécificité de l’école maternelle dans notre pays est un argument structurel important.

Et c’est là que j’en viens à ce qui fait échos aux thématiques chères à mon blog : Mme Badinter dénonce les pressions environnementales sur les mères pour un retour à des pratiques plus écologiques et naturelles comme l’allaitement ou les couches lavables, lesquelles sont  un recul pour l’autonomie des femmes, autonomie chèrement acquise.  On ne peut qu’être d’accord sur le fait que certains progrès techniques ont libéré les femmes de contraintes maternelles ou ménagères, la pilule, le biberon, le lait en poudre comme les couches sont de réelles avancées. Là où je décèle les germes de la discorde c’est que l’auteur a montré en exemple des cas extrèmes que sont les naturalistes et les représentantes de la Leche League, qui ne sont pas représentatives des femmes d’aujourd’hui. Avoir une conscience écologique ne veut pas dire être naturalistes. On peut à la fois allaiter et donner le biberon, avoir envie de faire des enfants et avoir un travail intéressant, choisir des modes de changes plus respectueux pour l’environnement que d’autres sans passer ses journées au lavoir à laver des langes ! Question de point de vue générationnel je suppose.

Par ailleurs, Mme Badinter vante les mérites de la chimie qui a permis d’allonger la durée de vie des hommes ; certes les progrès, ne seraient ce que dans les médicaments, sont essentiels dans notre santé mais l’environnement chimique dans le quel nous baignons est aussi source de cancers et de dérèglements hormonaux. Un seul exemple très parlant : les biberons en plastique contenant du Bisphenol A et des phtalates qui se libèrent dans le lait quand le plastique est chauffé, vont être retirés de la vente par décision légale.

Bref la polémique n’avait pas lieu d’être car les exemples donnés par l’auteur sont anachroniques m’a t il semblé. En revanche c’est une étude intéressante du comportement de la femme face à la maternité, qui n’est pas une finalité mais relève d’un choix que chacun doit respecter.

 

3 Responses to “J’ai lu « Le conflit. La femme et la mère »”

  1. Romain Says:

    Attention, ne pas confondre bisphénol A et phtalates, ce n’est pas la même chose:
    http://www.afssa.fr/PM9100C301.htm
    http://www.arte.tv/fr/Males-en-peril/2284494.html

  2. greenmarie Says:

    @Romain : merci, j’ai refait ma phrase pour que ce soit plus juste !

  3. aurelie Says:

    J’ai trouve ce livre tres repetitif, limite dans ses themes, plutot reducteur et tres manicheen. Chacun est libre de choisir ses couches et biberons, et de decider de ses engagements familiaux, professionnels et ecologiques, et pour moi ca c’est ca le progres!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s