mon oeil sur la planète

le blog écolo et responsable qui ne se prend pas au sérieux !

Ekyog, la marque éthique, écologique et à la mode 30 juin 2010

Il y a encore assez peu d’entreprises qui ont intégré dès le départ le développement durable à leur stratégie, mais il y en a de plus en plus. Et le succès est au rendez-vous, ce qui prouve qu’éthique et écologique peuvent être synonymes de réussite économique. En France, on peut citer Botanic, Nature & Découvertes, Alter Eco, Véja et donc Ekyog.

Le point commun des fondateurs de ces belles marques ? Vouloir concilier business et responsabilité d’entreprise. Si la plupart des entreprises dans le monde se voient bien obligées de proposer des gammes de produits ou services écologiques pour coller au marché, rares sont celles qui poussent la démarche à tous les niveaux de son fonctionnement. Ekyog fait partie de ces oiseaux rares qui ont de surcroit une très grande exigence quant à la qualité, au confort et la modernité des articles proposés : matières premières naturelles, bios ou recyclées (coton bios, laine, lin, Tencel à base de bois, soie, polyester recyclé), produits écoconçus, gestion éthique des partenaires et fournisseurs, cohérence de la stratégie d’entreprise en interne comme à l’externe, dans l’entreprise comme dans les boutiques (management valorisant, boutique écoconçues, équipements – cintres, parquets, meubles, publicités- fabriqués à partir de bois labellisé PEFC, 10% des revenus reversés à une fondation Ekyog qui promeut les pratiques écologiques et éthiques dans le monde). Sur les aspects mode à proprement parlé, les vêtements Ekyog sont sobres, confortables, féminins, entre sportswear et habillé ; de bons basiques selon moi que l’on garde parce qu’ils sont de bonne qualité et moins sujets aux changements de mode (l’anti H&M, quoi !). La gamme de prix est celle des marques comme Maje, Comptoir des cotonniers, Sandro, 123, etc, le supplément d’âme en plus !

Ekyog emploie aujourd’hui 150 personnes et annonce un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros ; impressionnant quand on imagine les difficultés rencontrées pour sortir des schémas traditionnels du commerce et de la mode ! Car biensûr, avoir une démarche aussi respectueuse de l’environnement et des hommes demande un surcroît d’énergie et de travail pour les fondateurs mais que la satisfaction doit être grande d’avoir réussi à concilier ses valeurs avec son métier ! Ils sont forts ces bretons 😉

www.ekyog.fr

 

Bienvenue à l’euro-feuille !

Filed under: Alimentation,à l'étranger,c bon, c beau, c bio — greenmarie @ 10:10
Tags: , ,

A partir de demain, ce nouveau logo destiné aux produits biologiques préemballés issus des 27 Etats Membres de l’Union Européenne remplacera celui que vous connaissiez peut-être déjà et qui était en circulation depuis les années 90 :

L’euro-feuille a été choisie à l’issue d’un concours européen ouvert aux étudiants d’écoles d’art et de graphisme.

Ce logo a vocation à aider les consommateurs dans leurs achats et à leur garantir des produits de qualité équivalente quel que soit le pays européen producteur. Obtenir la certification biologique c’est s’engager à répondre à des critères stricts, et subir des contrôles fréquents.

Lorsque vous achetez un produit portant le label bio de l’Union européenne, vous avez la certitude qu’au moins 95% des ingrédients du produit sont issus de la production biologique, qu’ils sont garantis sans OGM, et que les engrais chimiques et autres pesticides ont été bannis.

Alors bienvenue à l’euro- feuille !

 

Et la gagnante des produits de beauté Durance est : 26 juin 2010

Filed under: Marques responsables — greenmarie @ 7:11
Tags: ,

Merci à l’heureuse gagnante de m’envoyer sur contact@monoeilsurlaplanete.fr son adresse postale et

merci à toutes d’avoir participé, je tâcherai d’organiser d’autres occasions de vous faire plaisir 🙂

 

On n’en reste pas moins femme … 23 juin 2010

Filed under: c bon, c beau, c bio,Marques responsables — greenmarie @ 8:58
Tags: ,

Ben oui, je peux être écolo engagée et parfois énervée, je n’en reste pas moins femme !!! Mes copines trouvent que mes derniers billets sont plus incisifs que d’habitude, il y a celles qui aiment et qui voudraient les « liker » sur facebook et celles qui disent « faut pas taper sur tout le monde » ! Il est vrai que plus j’approfondis mes connaissances sur les problématiques de développement durable, plus je me radicalise devant l’urgence de faire bouger les choses … mais je vous rassure, j’ai quand même gardé mon coeur de jeune fille qui aime les bisous, les fleurs et les … produits de beauté surtout quand ils sont bios !!!

Alors quand la marque Durance m’a contactée pour essayer ses produits, j’ai tout de suite dit oui. D’autant plus que je ne vous avais pas fait de billet de filles depuis un moment, la dernière fois c’était , ici et C’est du repos aussi pour Green Marie de faire des sujets sympas, vous savez ?!

Comme je me suis fait plaisir en déballant mes colis, en ouvrant les bouchons, en sentant les parfums, en appréciant les textures ! Consciencieusement j’ai donc essayé tous les flacons pour vous faire un rapport détaillé. J’ai vraiment bien aimé la qualité des produits Durance : le lait corporel est fondant et ne laisse pas de film gras, l’eau fraîche purifiante nettoie la peau sans l’agresser, mes petits pieds sont tout doux avec la crème rafraîchissante, le roll-on avec sa bille en métal qui roule sur les tempes est déstressant et ce que j’ai préféré c’est le gel douche relaxant qui vous laisse une odeur de propre. Au départ la lavande c’est pas ce que je préfère et puis finalement elle réveille des souvenirs de vacances, d’armoire de linge odorant, de savon de Marseille, ça y est vous y êtes ? fermez les yeux, il y a du soleil, mais oui !

Tout l’univers de la Provence est là. La marque Durance y est née, c’est là-bas que la matière première de ces produits cosmétiques et pour la maison y est récoltée. La lavande est bio et les produits sont garantis à 95% d’ingrédients d’origine naturelle, sans paraben, phénoxyéthanol, propylène glycol ou encore sodium laureth sulfate (oh les mots pas jolis qui me pètent l’ambiance fleurie de mon billet 😉 ).

Vous aussi, vous voulez un petit bout de vacances avant l’heure ? alors répondez à cette question soit dans les commentaires soit par mail à contact@monoeilsurlaplanete.fr et je tirerai au sort le gagnant d’un coffret comprenant la crème belles mains, le gel douche relaxant, le camaïeu de savon et la crème de nuit visage. Elle est pas belle la vie ? 😀

La question :

Quand je lis le blog de Green Marie : 1/ Je me marre et après je me remets au boulot 2/ J’apprends des choses que j’essaie de mettre en pratique dans ma vie quotidienne 3/ Je lis ses billets pour lui faire plaisir parce qu’après elle me chope sur un sujet lors d’un dîner 4/ J’apprends plein de choses que je répète ensuite à mon entourage parce que si on s’y met tous, ça bougera plus vite.

 

Moins blanc que blanc, mais propre quand même ! 18 juin 2010

Filed under: Les bonnes pratiques — greenmarie @ 9:37
Tags: , , ,

Parmi les évolutions de plus en plus importantes apportées aux produits de grande consommation pour faire baisser leur impact écologique, vous avez les produits non blanchis au chlore.

Que ce soit les couches, les filtres à café, le papier toilette, les enveloppes de correspondance, ou encore les éponges en fibres naturelles, on trouve de plus en plus de produits couleur naturel, tendance brun. On s’est habitués au plus blanc que blanc (biensûr on pense au sketch de Coluche !), mais bien souvent cette blancheur n’est qu’une illusion de propreté à laquelle on nous a conditionnés. Qu’on se le dise, les fibres naturelles ou recyclées ne sont pas sales 😉 !

 

Des banques plus responsables ? 14 juin 2010

Je ne sais pas si comme moi vous avez été scotchés par la dernière publicité du Crédit Mutuel qui montre le dialogue entre un père et son grand fiston sur sa banque. Alors là franchement je me suis dit, les choses changent quand même ! La remise en cause du capitalisme à outrance passe par ce genre de signe : aujourd’hui certaines banques mettent en avant leur probité ou leurs engagements solidaires pour gagner de nouveaux clients. Pour le Crédit Mutuel, l’argument est : Nos conseillers de clientèle ne sont pas commissionnés, c’est pourquoi ils vous offrent un conseil adapté à vos besoins. Cela revient enfin à avouer tout haut que les banques depuis plus de 20 ans ont fait évoluer la mission des conseillers vers celui de commercial qui se voit attribuer des primes s’il arrive à vous refourguer la super golden carte ou le crédit à la conso revolving qui enfonce encore plus  vos finances.

Pendant longtemps, les banques ont estimé qu’elles n’avaient pas de responsabilité directe sur le plan sociétal et environnemental parce qu’après tout, elles ne faisaient que prêter de l’argent ! Aujourd’hui, la responsabilité d’une banque qui prête de l’argent pour construire un barrage qui va déplacer des populations et noyer la biodiversité locale est avérée. Les amis de la Terre, premier réseau écologiste mondial, ont fait un travail salutaire en recensant les banques françaises finançant des projets contestables partout dans le monde.

Les banques ont désormais à coeur de s’aligner sur la demande croissante des consommateurs et mettent en place des produits d’ISR (Investissement Socialement Responsable). La pression pour responsabiliser les banques est forte en France grâce aux ONG, c’est peut-être pour ça qu’on n’a pas vu chez nous la publicité qui montre une planète à feu et à sang verdir grâce au Green Banking du Crédit Agricole et Sean Connery qui enfonce le clou du n’importe quoi avec un : « Back to the common sens, it’s time for green banking ». Mais que fait le Crédit Agricole pour justifier cette posture de justicier de la planète ? ben, c’est le premier financeurs des agriculteurs … ouais et alors c’est quoi le rapport ? comme quoi le cynisme de certains est sans limite.

Dans un genre tout à fait contraire, vous avez le Crédit Coopératif, qui communique beaucoup en ce moment, pour rencontrer ceux qui veulent que leur argent ait un sens, qu’il finance des associations sociales, caritatives et environnementales, des projets de retour à l’emploi ou de logement des plus démunis, de création d’entreprises dans l’aide sociale ou les énergies renouvelables, etc… depuis 1983, plus de 33 millions d’euros de dons ont été versés par son intermédiaire. Et je peux témoigner de la probité de ses conseillers qui ne font aucun forcing pour placer quoi que ce soit !

 

Saignant ou à point le greenwashing ?! 8 juin 2010

Et hop un bon petit cas de greenwashing découvert aujourd’hui dans le métro ! Pour augmenter les ventes de viande rouge ou pour contrer la mauvaise réputation méritée de l’élevage intensif, l’interprofessionnelle de la viande bovine sort une campagne de communication qui m’a quelque peu hérissé les poils ... »Le boeuf, une énergie naturelle ».

La pauvre Nature est décidément invoquée à toutes les sauces, déjà on avait « Faim de naturel » pour le jambon Herta issu de cochons n’ayant jamais vu un brin d’herbe, maintenant c’est la viande rouge dont l’excès est connu pour favoriser les maladies cardiovasculaires. Le pire c’est que l’élevage dans le monde est responsable de près de 20% des émissions de gaz à effet de serre … non seulement faire engraisser ses grosses bêtes nécessite beaucoup d’eau (4000 litres pour l’équivalent d’un steack) et de céréales (7 kilos pour un kilo de viande) mais en plus le méthane qui s’échappe de leurs orifices est 21 fois plus réchauffant que le CO2 dans l’atmosphère.

Alors c’est sûr, le boeuf c’est plus naturel qu’un bâton de surimi mais quant à ses bienfaits sur l’homme et la nature, on repassera ! ( OK l’élevage français n’est pas celui des Etats Unis ni de l’Amérique latine mais quand même faut pas pousser mémé dans les orties – j’adore cette expression 😉 )

Pour en savoir plus, je vous renvoie vers mon précédent billet sur le sujet.