mon oeil sur la planète

le blog écolo et responsable qui ne se prend pas au sérieux !

Ca composte pas mal à Londres et à Barcelone ! 28 septembre 2010

Filed under: à l'étranger,Les bonnes pratiques,Tri des déchets — greenmarie @ 8:43
Tags: , ,

Le compost est assez répandu au Royaume Uni, à la campagne mais aussi en ville et notamment à Londres où une grande majorité des « boroughs » (arrondissement)  ont instauré le composting depuis quatre ou cinq ans. C’est le borough qui fournit gratuitement les 2 boites, une petite et une grande ; « tu remplis la petite dans ta cuisine et tu la vides ensuite dans la grande qui se trouve dehors (si possible) ; le ramassage est hebdomadaire. Alors, le seul truc affreux ce sont les odeurs de décomposition, surtout quand il fait chaud, que tu es partie en vacances ou que tu y a mis de la viande pas cuite…Parfois j’y mets du bicarbonate de soude pour atténuer les odeurs. » Sinon, « tu peux acheter une wormery  (un lombricompost in french), c’est carrément plus tendance qu’une paire de bottes Paul Smith », m’assure Sara, ma copine londonienne !

Du côté de l’Espagne, les barcelonais ne sont pas en reste puisque de nouvelles bennes à ordures ont été installées, avec un double système d’ouverture (avec un levier manuel et une pédale) et un système de fermeture retardée. La benne à ordure de Barcelone a trois versions adaptées aux différents tronçons de la ville et aux cinq types de déchets :  jaune pour les emballages, bleu pour les papiers, vert pour les verres, gris pour les ordures qu’on ne peut pas recycler et marron pour les déchets organiques. Pour stimuler le tri, là aussi, la mairie a offert aux habitants une petite poubelle pour ces déchets organiques. Merci à ma chère LNA pour cette carte postale espagnole inhabituelle mais bien intéressante !

 

Une réunion sur le tri sélectif avec ses voisins, c’est sympa ! 18 septembre 2010

Filed under: C malin !,Les bonnes pratiques,Tri des déchets — greenmarie @ 8:01
Tags: ,

Ca  semble pas très sexy comme ça mais en fait c’est très sympa pour peu que vous joigniez l’utile à l’agréable en transformant la « formation » en apéro-voisins ! J’ai donc invité mes voisins ce soir dans le jardin commun de la résidence où j’habite en placardant des mots dans les entrées des immeubles « Nous vous invitons à un apéro-voisins de rentrée, qui sera précédé d’une animation ludique sur le tri sélectif ». Et bien ils sont venus avec des bouteilles, des quiches et autres chips ! (j’avais un peu peur de les faire fuir).

J’avais préparé deux panneaux : un séparé en deux avec à droite les déchets qui se recyclent, à gauche les autres. Chacun était invité à scratcher les emballages que j’avais préparés au bon endroit sur le panneau .. s’en sont suivis quelques échanges car tout le monde n’était pas d’accord ! Ensuite j’ai expliqué les bonnes consignes.

Puis j’ai proposé de positionner les emballages par durée de dégradation dans la nature : de 4 mois pour un mouchoir, 4 ans pour un paquet de cigarettes jusqu’à 3000 ans pour une bouteille en verre.

Et pour finir, un petit quizz ! Qui sait ce que signifie le point vert constitué de doubles flêches ???? alors mes chers lecteurs le savez-vous ? sûrement car je vous ai souvent parlé d’écoemballages.

Et voilà comment on passe un samedi soir autour d’un verre avec ses voisins (faut dire que les miens sont sympas 🙂 ) tout en se rendant utile … à vous de jouer !

 

Qu’a t-il de plus le lait de chez nous ?! 16 septembre 2010

Filed under: Alimentation,Marques responsables — greenmarie @ 9:00
Tags: ,

Vous avez remarqué, maintenant sur la plupart des briques de lait il y a un message du genre Lait de France, Lait de chez nous, Lait d’ici, Lait des campagnes françaises, etc … on avait eu la campagne de Candia sur le lait des montagne du Massif Central, maintenant tous les distributeurs de lait se mettent au communautarisme national ! Je suppose que ça marche et que les consommateurs-citoyens veulent aider les producteurs qu’ils voient en colère à la TV … si j’ai bien tout compris, ils souffrent de la variation des prix du lait dont la régulation n’est plus assurée par l’union européenne.

J’ai donc cherché à en savoir plus en faisant appel à Christophe, mon expert en lait de vache. Voici ce qu’il me dit  » Le lait d’ici est une campagne de comm’ lancée par les producteurs de la filière lait pour faire la promo du lait français et en concurrence du lait allemand vendu moins cher. En clair cette campagne affiche un litre de lait qui aura parcouru en moyenne moins de 330 km entre le producteur et le supermarché, du lait local qui pourra concurrencer les laits premier prix. Le site web promeut un lait citoyen, écologique, de qualité et économique ; en prime vous deviendrez friend avec une vache sur facebook !

En dehors de ce circuit, sachez que les bassins de production de lait sont 1/ la Bretagne-Pays de Loire-Normandie 2/ Franche Comté, Lorraine, Nord Pas de Calais 3/ Auvergne … c’est à dire pas tout près des bassins de consommation que sont les grandes villes.

Comment savoir d’ou vient le lait que j’achète ?  » Il suffit de lire le macaron ovale sur le paquet. Il porte le n° de département + N° commune où se situe la laiterie mais à ce macaron devrait disparaître dans les mois à venir car la traçabilité n’est pas toujours souhaitée par le vendeur final. »

 

Qui a dit que le bio était ennuyeux ? (2) 14 septembre 2010

Filed under: c bon, c beau, c bio — greenmarie @ 7:10
Tags: ,

 

Les émissions de gaz à effet de serre baissent-elles en France, oui ou non ?! 12 septembre 2010

La réponse est OUI !!!! Et même si vous avez lu le contraire, sachez que c’est un faux débat entre le gouvernement qui se félicite de son travail et les experts qui chipotent sur les dates ! Voici quelques chiffres qui vous éclaireront je l’espère :

L’objectif de baisse des émissions de gaz à effet de serre fixé à la France au titre du protocole de Kyoto a été atteint. Les émissions ont baissé de 10,3% entre 1990 et 2009 ; cette diminution est très nette seulement depuis 2007 (-4% rien qu’en 2009) à la faveur de la prise de conscience des citoyens et entreprises, des actions gouvernementales en faveur des énergies propres, de la hausse du prix du charbon et du gaz mais surtout grâce à … la crise actuelle qui ralentit l’activité économique partout dans le monde. Cette performance est d’autant plus importante qu’elle s’est faite malgré une hausse de 10% de la population et avec des périodes de croissance forte.

En Europe, la tendance à la baisse est clairement confirmée également (-14 % entre 1990 et 2009) même si les disparités entre pays sont très fortes : émissions en baisse en France, Allemagne, Scandinavie, Royaume-Uni et dans les pays de l’ex bloc communiste (du fait de l’effondrement de certaines économies des pays de l’Est) et en hausse en Espagne (+42% 😦 ), Irlande, Italie et Autriche. Les résultats de l’Union Européenne peuvent être mis en regard aussi des contre-performances d’autres pays industrialisés comme les Etats-Unis (+13% d’émissions de gaz à effet de serre), le Canada (24%), ou l’Australie (+31%).

L’accélération des baisses d’émissions de gaz à effet de serre fait même envisager aux dirigeants européens d’élever à 30% l’objectif de baisse pour 2020 au lieu des 20% prévus initialement !

Alors biensûr, ces résultats sont à la fois encourageants pour la France (dont les choix énergétiques majoritairement nucléaires permettent ces bons résultats mais créent aussi d’autres problèmes dont la gestion des déchets radioactifs)  et l’Europe qui doivent faire leur révolution culturelle et comportementale pour être compétitives demain ; ces résultats sont aussi décourageants quand on voit les émissions en hausse aux Etats-Unis notamment, et quand on imagine les hausses à venir dans les hypers pays tels que l’Inde ou la Chine qui naturellement aspirent à améliorer leur niveau de vie. Cette année la température moyenne sur Terre a été de 14° soit la moyenne la plus forte jamais enregistrée …

On peut se réjouir cependant en pensant que l’Europe montre l’exemple et prouve qu’il est possible d’inverser la tendance en matière d’émissions de gaz à effet de serre. Le chemin est encore long mais une toute petite lumière au bout du tunnel est bonne à prendre, non ?!

Source : http://www.terra-economica.info, http://www.lemonde.fr

et pour réviser vos basiques sur le sujet : https://monoeilsurlaplanete.wordpress.com/2010/01/02/effet-de-serre-vs-couche-dozone/

 

Du bio dans les cantines ! 5 septembre 2010

Filed under: Alimentation,au bureau,Les bonnes pratiques — greenmarie @ 10:37
Tags: , , , ,

C’était une idée proposée par Nicolas Hulot dans son pacte écologique, elle a été reprise dans le cadre du grenelle de l’environnement, c’est aujourd’hui un engagement de la France que 20% de la nourriture distribuée dans les cantines des établissements publics comme les écoles ou les hôpitaux soit d’origine biologique en 2012.

Cette démarche a plusieurs vertus :

de santé publique tout d’abord pour limiter l’ingestion de pesticides, d’OGM et préserver les nappes phréatiques des pollutions chimiques,

de pédagogie ensuite car les parents comme les enfants sont les prescripteurs d’une meilleure alimentation et d’un autre mode de vie,

– et enfin cette démarche vise à booster le secteur de l’agriculture bio française (seulement 2% des surfaces agricoles aujourd’hui et 6% prévus en 2012) en lui offrant des débouchés assurés. C’est qu’après avoir été à la pointe il y a 20 ans, l’agriculture bio française aujourd’hui à la traîne de certains pays européens. Ce qui crée un paradoxe écologique : la demande de bio est extrêmement forte en France mais nous devons importer la majorité des produits agricoles par des modes de transports polluants (à hauteur de 99% à Paris) !

Les expériences menées dans les cantines montrent que la mise en place du bio dans les cantines est d’abord un choix politique avec un travail de concertation entre les municipalités, le personnel de  cuisine, les directions d’établissements et les parents. L’adhésion préalable au projet par toutes les parties prenantes est la plus grosse difficulté rencontrée !

Certaines villes comme St Etienne finance le dispositif totalement, d’autres partiellement. Un surcoût de 0,30 euros par repas pour 30% de bio est à prévoir ; tout dépend des choix de composition des menus (absence de viande une fois par semaine, laitages bios, légumes de saison et locaux, etc…).

Si vous voulez en savoir plus ou même lancer une étude préalable, je vous renvoie vers le site dédié du WWF qui avait mené une campagne efficace sur le sujet : www.ouiaubiodansmacantine.fr

Bonne rentrée à tous !