mon oeil sur la planète

le blog écolo et responsable qui ne se prend pas au sérieux !

Ma voiture, mes préoccupations écologiques, mon dilemme ! 18 décembre 2010

Pour la première fois, en 15 ans de vie professionnelle, j’ai dû me résoudre à prendre une voiture pour me rendre au boulot chaque jour (ceux qui ont suivi les périples de l’obtention de mon permis de conduire à l’époque diront que c’est toujours 15 ans de gagnés pour la sécurité routière !!!) Conduire c’est pas mon truc, c’est sûr ; au volant je m’énerve, je trouve en toute mauvaise foi, que les autres conduisent comme des manches !

Bref, jusqu’ici je faisais la morale à ceux qui nous polluent chaque jour en allant bosser en voiture alors qu’à Paris l’offre de transports est quand même plutôt fournie. J’ai arpenté, plus souvent qu’à mon tours, les couloirs du métro, du tramway, du RER et des bus, à tel point que je connais presque par coeur les lignes de la RATP.

Je travaille désormais en banlieue, et c’est tout vu, je mets une demie heure en voiture versus une heure et demie en transports. Voiture donc. Pas une grosse, une petite Twingo légère et sympathique, sans prétention, ni fioritures, ni gadgets électroniques : 13 ans d’âge, pas de conduite assistée, ni fermeture centralisée, ni ouverture électrique des fenêtres, ni pot catalytique, ni même autoradio !! A ce niveau là, c’est de l’ascétisme 😉

Premier dilemme : j’avais le choix de récupérer Titine qui pollue plus que la moyenne actuelle parce qu’ancienne ou d’en acheter une neuve qui nécessite des tonnes de métaux pour être produite (soient 8,5 tonnes de CO2 d’après l’Ademe). Sachant qu’à moins de 20 000 km/an, je mettrai dans le meilleur des cas 11 ans à compenser les émissions de fabrication par la baisse des émissions quotidiennes*, j’ai donc fait un choix à la fois économique et écologique : j’ai choisi de garder Titine.

Deuxième dilemme : j’ai pris goût à la conduite et au confort de ne pas avoir à trimballer mon ordinateur, mon sac à main, mon cahier, mon agenda à bout de bras dans la rue. Du coup, je la prends parfois aussi quand je vais bosser dans Paris, … ahlalala je vous déçois, Green Marie n’est pas si vertueuse que tous les billets de ce blog le laissent penser !

Et pourtant, en plus d’être polluante, ma voiture me coûte un bras. Mon piteux bilan après 4 mois de conduite : essence = 80€/mois, 1 amende pour stationnement = 35 €, un excès de vitesse = 45€, notes de parking = 50€, ticket de parking oublié = 32 € , à venir 4 pneus neufs : 350 €… qui s’ajoutent au montant de ma carte Navigo dont j’ai encore besoin !

Donc à la veille du premier de l’an, je prends ma première bonne résolution : je sors Titine seulement pour les allers et retours au boulot, et ferai tout le reste en transports en commun …

 

Si vous vous posez la question de changer de voiture, lisez au préalable le très complet article de Terra Eco sur la question : http://www.terra-economica.info

Publicités
 

Les tapis-puzzle interdits en Belgique 12 décembre 2010

Filed under: bricolage,mes états d'âme ! — greenmarie @ 8:33
Tags: , ,

Je vous fais partager la dépêche AFP annonçant le retrait de ces tapis-puzzle … de mon côté je suis assez furieuse car j’en ai deux dans la chambre de mes enfants ! Quand je pense que j’ai fait mettre de la peinture et de la colle à moquette bios pour qu’ils ne soient exposés à des solvants et produits toxiques … le loup était donc ailleurs.

« La Belgique a décidé de retirer du marché et d’interdire les « tapis-puzzle » en mousse, dont la « quasi-totalité » libèrent des particules nocives pour les enfants. Des analyses ont révélé que « la quasi-totalité des tapis mis en vente émettent un niveau trop élevé de particules nocives, notamment de formamide », un produit chimique industriel cancérigène.

« La Belgique est le premier pays européen à interdire tous les tapis-puzzle, mais nous anticipons en fait une décision européenne qui interdira les formamides dans tous les pays de l’UE à partir de 2013 », a expliqué à l’AFP la porte-parole belge. Ces puzzles, généralement destinés aux petits enfants, sont fabriqués en une sorte de plastique caoutchouteux semblables à celui utilisé pour les revêtement de sol de centres aérés ou de tapis de gymnastique.

Or, certaines substances destinées à les assouplir sont « nocives lorsqu’elles sont inhalées ou ingérées et irritantes pour les yeux et la peau », ont dénoncé en 2009 des associations de consommateurs belge, italienne, portugaise et espagnole. Les enfants y sont particulièrement vulnérables car ils « goûtent et mettent en bouche tout ce qu’ils trouvent », soulignait l’association belge Test-Achats.

La décision belge s’apparente à celle prise par la France et le Danemark, qui avaient décidé unilatéralement d’interdire la fabrication et la commercialisation de biberons contenant du bisphénol A, un composé chimique controversé utilisé dans la fabrication de plastiques alimentaires, avant que l’ensemble des pays de l’UE décident de faire de même le 25 novembre.

En France, le secrétaire d’État chargé de la consommation, Frédéric Lefebvre, a demandé à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (Dgccrf) de contrôler la toxicité de ces objets destinés aux enfants commercialisés en France.

 

Un mètre de neige et tout est suspendu … 8 décembre 2010

Filed under: mes états d'âme ! — greenmarie @ 9:55

22h30 : Petit billet en passant d’une Green Marie bloquée à son bureau par la neige qui est tombée en abondance en région parisienne.

Le côté sympa c’est la solidarité entre collègues, le diner avec une centaine d’entre eux à la cantine, la projection des Bronzés font du ski dans un des amphis, le verre de vin partagé avec le Président qui pour l’occasion est venu échanger avec ses troupes, la caméra qui circule pour graver numériquement ce moment surréaliste, la pause clopes dans un décor de station de ski, les discussions improvisées dans les couloirs entre ceux qui jusque là se croisaient sans se connaitre, les points réguliers sur la circulation automobile qui redonne l’espoir de rentrer à la maison…

mais aussi l’appréhension d’une nuit sans sommeil, dans un décor familier mais pas familial ; imaginez-vous au boulot, dans la perspective de squatter la moquette ou le bois tendre du bureau !!!!

La réflexion du jour : à l’aire numérique, il nous est impossible d’anticiper les aléas climatiques somme toute assez limités en France pour éviter à des milliers de gens de passer des heures dans leur voiture ou dormir au bureau !

Nous tentons de domestiquer la nature jour après jour mais force est de constater qu’elle nous domine ; au lieu de la défier, respectons là et ayons la sagesse de rester humbles face à elle !