mon oeil sur la planète

le blog écolo et responsable qui ne se prend pas au sérieux !

Tout le monde n’a pas la chance d’avoir une mamie qui tricote 30 janvier 2011

Filed under: C malin !,Les bonnes pratiques — greenmarie @ 2:31
Tags: , ,

Une belle découverte faite grâce au magazine Terra Eco cette semaine : le site www.goldenhook.fr qui vous propose de faire appel à des mamies pour tricoter votre bonnet et/ou votre écharpe avec la possibilité de choisir le modèle, les couleurs et même … la mamie !!! PAR-FAIT

Pourquoi parler de ce concept sur ce blog ? parce que c’est un merveilleux assemblage de pratiques écologiques et sociales : d’abord faire travailler des mamies qui ont du temps mais une maigre retraite ça me semble une excellente idée, ensuite ça rapproche les générations et enfin les laines proposées en alpaga, angora et merinos proviennent d’une filature de la Creuse. De la qualité, du savoir-faire et de la proximité donc.

Je n’ai pas trop ce problème car j’ai la chance d’avoir une maman qui a toujours tricoté. Quand j’étais petite c’était super j’avais de beaux gilets, elle m’épargnait même les modèles Lucky Luke et Snoopy « et ça c’était cool de ta part, maman 😉 ». Ensuite à l’adolescence ça a plutôt été un handicap pour mon style voyez,  j’avais des pulls informes qui cachaient mes formes, aux couleurs chamarées de la vie que je portais avec un jean’s neige et un col roulé en dessous. Après, j’ai cédé aux sirènes de la mode et les grands pulls en coton avec marqué Naf-Naf tous les centimètres carrés (souvenez-vous, le clip d’Elsa et Glenn Medeiros, un roman d’amitié !!!).

Ensuite je suis devenue snob et je n’ai plus jamais commandé de pulls à ma maman, jusqu’à ma première grossesse. Normal, je ne rentrais plus dans aucun vêtement et j’avais envie de me blottir bien au chaud ! Et maintenant ma maman est une super mamie qui tricote pour ces petits-enfants chéris. Maman je t’aime !

 

Vite mangé, vite jeté, vite … trié ! 23 janvier 2011

Filed under: Alimentation,Tri des déchets — greenmarie @ 8:52
Tags: , , ,

Billet opportuniste du dimanche soir chez Green Marie qui n’a pas envie de cuisiner !

Que peut-on recycler parmi les emballages des Quick et autres Mac Do après l’inavouable diner familial ? réponse en images !

A GAUCHE CE QUI SE RECYCLE / A DROITE CE QUI NE SE RECYCLE PAS

(en gros tout ce qui est taché par les aliments est à jeter)

 

L’informatique réduit-elle notre empreinte écologique ? 14 janvier 2011

Le bilan écologique et social des appareils électroniques réside non pas dans la consommation d’énergie à l’usage (même si c’est un élément à prendre en compte) mais dans leurs phases de fabrication, de vente et de recyclage (c’est ce qu’on appelle l’énergie grise). Dès lors, même si les performances énergétiques des équipements électroniques sont en baisse constante, leur impact environnemental majeur est ailleurs :

>> consommation énorme de ressources naturelles non renouvelables et notamment les métaux (rares et précieux pour certains) et le pétrole ; présence de produits toxiques à l’intérieur (retardateurs de feu notamment) ;

>> amoncèlement et démantèlement des produits obsolètes dans les pays pauvres du Sud où les travailleurs ne sont pas protégés des produits toxiques,

  • Les raisons du gâchis

> pas de concertation internationale pour imposer des standards, du coup démultiplication des chargeurs, des cables, prises etc … ce qui amène le consommateur à accumuler les accessoires, au bénéfice des vendeurs biensûr.

> des prix d’achat neuf attractifs par rapport à une réparation (pensez aux prix accessibles d’un DVD, d’un micro onde ou d’un téléphone portable aujourd’hui)

> l’obsolescence programmée des matériels : baisse de la qualité des produits (liée à la recherche effrénée de baisse des coûts),  augmentation constante et rapide de la performance du processeur-des logiciels-des ordinateurs, les phénomènes de mode matérialisés par le design, la perception de l’obsolescence d’un produit en parfait état de marche dûe à l’innovation constante sur ce type de produit, etc…

  • Les bonnes pratiques à adopter :

> prolonger la vie des appareils électroniques et électriques en les gardant le plus longtemps possible et en les faisant réparer,

> les recycler (en local autant que possible). Depuis 2006, la filière de recyclage de la DEEE a été mise en place (les revendeurs sont obligés de reprendre le matériel en échange du neuf, une écotaxe est intégrée au prix de vente, les déchèteries sont équipées pour recevoir ce type de matériel et enfin des filières associatives de réemploi prennent aussi le relais )

plus d’infos via l’Ademe ici

  • Alors, l’informatique est-elle écologique ou non ?

L’électronique et l’informatique sont ils bénéfiques à la lutte contre les dérèglements climatiques en dématérialisant les échanges via Internet notamment et en optimisant les usages ? La réponse n’est pas si simple : oui elles permettent d’optimiser les consommations énergétiques dans le bâtiment par exemple, de limiter la fabrication du papier et d’éviter les transports par des réunions ou achats à distance … mais le revers de la médaille est important : les matières premières non renouvelables utilisées pour les fabriquer, le manque de recyclage des produits obsolètes, le taux trop élevé de remplacement (1 téléphone portable par an, est-ce raisonnable ?), le stockage des données, le refroidissement des machines, … et certains comme Jean-Marc Jancovici avancent l’hypothèse tout à fait réaliste que l’accélération des échanges liée à l’informatique et l’électronique est de nature à accroitre la consommation globale donc la pression environnementale.

>> Je vous recommande chaudement la vidéo sur ce même sujet de l’indispensable Annie Léonard, pédagogue écologiste acharnée, qui est devenue très célèbre grâce à sa série de vidéos The Story of Stuffhttp://storyofstuff.org/electronics/

>> Pour vous guider parmi les fabricants de matériels électroniques, voyez l’étude réalisée depuis 15 ans par Greenpeace :

>> pour faire recycler vos appareils, rendez-vous le site très bien fait d’Eco-Systèmes : http://www.collectons.org/

  • Mes billets sur le même thême :

https://monoeilsurlaplanete.wordpress.com/2008/11/26/ou-recycler-ses-appareils-menagers-usages/

  • D’autres références que celles surlignées dans le texte :

http://interstices.info/jcms/c_45533/linformatique-cest-forcement-ecologique

http://fr.wikipedia.org/wiki/Informatique_et_d%C3%A9veloppement_durable

 

J’ai fait les pré-soldes chez Petit Bateau 12 janvier 2011

Il faut bien reconnaitre que je ne suis pas une décroissante … j’achète bien mais j’achète trop de vêtements, c’est sûr. Je résiste mal aux mailings de mes marques préférées qui me proposent -30% avant les soldes. J’ai donc filé chez Petit Bateau pour gâter mes copines jeunes mamans et j’en ai profité pour voir les nouveautés côté écoconception.

Au rayon, vêtements bio, la gamme n’est toujours pas très étendue mais j’ai trouvé un joli drap de bain et le body assorti. Au niveau conditionnement, en revanche, j’ai bien apprécié les nouveaux emballages écoconçus des T-shirts. Souvenez-vous avant, il y a avait un film plastique devant et un crochet en plastique, je dépiotais tout avant de jeter l’emballage dans la poubelle sélective. Désormais plus de film plastique, le crochet est en carton et rattaché à un carton intérieur qui donne des consignes d’économie d’énergie et d’eau lors de la phase de lavage,  l’emballage est recyclable, issu de forêts gérées durablement (mais je n’ai pas vu de label FSC et PEFC pour autant …), blanchi sans chlore et imprimé d’encres végétales nous dit la marque au verso du packaging.

J’ai l’impression que ces packaging n’ont été mis en place pour l’instant que pour la gamme adulte mais c’est peut être tout simplement en cours de déploiement. Au passage, j’adore l’idée de m’habiller en 16 ans !!!!

 

Mes autres billets sur le même sujet :

https://monoeilsurlaplanete.wordpress.com/2009/02/11/la-marque-petit-bateau-se-met-au-bio/

https://monoeilsurlaplanete.wordpress.com/2010/04/30/tout-beau-tout-bio/

 

Ekobo : bambou, bo, écolo ! 9 janvier 2011

Filed under: Marques responsables — greenmarie @ 9:06
Tags: , , , , ,

Voilà une marque dont je voulais vous parler depuis longtemps car sa démarche écologique est intimement liée à sa stratégie : Ekobo conçoit et fabrique des objets de déco et mobiliers en bambou.

Le bambou est un matériau écologique : renouvelable, poussant naturellement, extrêmement vite, ne nécessitant aucun produit phytosanitaire, et produisant même plus d’oxygène que certains arbres ! (d’expérience, en revanche, n’en plantez pas dans votre jardin, c’est très envahissant !!! laissez les en pot ou circonscrits dans un bac).

C’est ainsi qu’avec l’essor de l’éco-conception, on trouve de plus en plus de bambou dans la composition des tissus, des meubles et d’objets de déco.

La démarche d’Ekobo ne s’arrête pas au matériau : les objets sont fabriqués à la main, au Vietnam dans un esprit équitable, emballés dans du papier recyclé et expédiés, dans les pays où ils sont distribués, par voie maritime. Chez moi, nous avons opté pour une coupe à fruits et un siège pour les enfants. Ils l’ont adopté tout de suite – il faut dire que quand on le retourne on peut remplir le siège de petites voitures et autres Lego ! –

Gamme de couleurs très sympa, produits légers, style épuré et design, écologiques, éthiques : moi je suis fan, et vous ?

http://www.ekobohome.com/indexFR.html

 

Green Marie aux sports d’hiver ! 1 janvier 2011

Filed under: Les bonnes pratiques,mes états d'âme ! — greenmarie @ 7:13
Tags:

Et bien ça se passe une fois tous les 5 ans en moyenne et voilà ça tombe cette année. Dès lors, comment conjuguer green attitude et sports d’hiver ? pas fastoche quand on prend le postulat de départ que les immeubles dans lesquels sont logés tous les fanas de ski ne sont habités qu’une partie de l’année et qu’ils défigurent les sites montagneux (comme maritimes d’ailleurs) … là dessus, je m’avoue battue. C’est certain, les ensembles de location de vacances sont le plus souvent des aberrations écologiques qui défigurent les paysages et créent une pression forte sur l’environnement local – et font vivre des régions montagneuses sinon désertées pourrait-on dire aussi -.

Mais voilà, chacun a bien droit à ses vacances et j’avais envie de me ressourcer avec ma famille, au grand air, dans la blancheur immaculée de la montagne-qui-vous-gagne.

Alors, comment je tâche de limiter les dégâts ?

1 – J’y vais en train biensûr, foin de voiture ni d’avion, il n’y a que le rail qui vaille ! (nos voisins de compartiments se seraient bien passés de nos enfants brailleurs en revanche)

2 – Je limite et je trie mes déchets, évidemment. Je ne jette aucun papier dans la nature cela va de soi !

3 – Je me fais prêter tous les vêtements qui nous transforment en bibendums ; pas d’achats superflus, pas de nécessité de produire inutilement des affaires qui ne servent que très occasionnellement (question style c’est l’anarchie, mais d’abord quel quidam ressemble à quelque chose en tenue de ski ?????). Je loue le matériel sur place également.

4 – Je mange local autant que possible : saucissons, Beaufort, pain, raclette, vin de Savoie, génépi 😉 … la tradition ça a du bon.

5 – J’équipe l’appartement de produits d’entretien écologiques et l’on nous a proposé des draps jetables biodégradables en bambou et viscose de bois qui éviteront la case lavage.

Au naturel du grand air, de la neige fraichement tombée du ciel, du soleil qui vous réchauffe les os, de la gastronomie traditionnelle locale, on pourrait opposer aussi le manque de naturel de … mon teint plâtreux après application de la crème solaire indice 50 piquée aux enfants, du stick à lèvres rose bonbon qui bave, de mon style acrobatique à skis, des fourrures sur le dos des dames d’un certain âge qu’on préfèrerait  sur le dos de leurs propriétaires d’origine (voyez la campagne de sensibilisation de la Fondation Brigitte Bardot sur le massacre des animaux à fourrures), les prix des biens et services dans la station qui, eux, ne connaissent pas la crise (comptez x2 en moyenne) … pour autant l’authenticité de la montagne est vraiment appréciable et extraordinaire pour se ressourcer.

Alors du haut des alpages, je souhaite à tous mes lecteurs une EXCELLENTE ET HEUREUSE ANNEE 2011 !