mon oeil sur la planète

le blog écolo et responsable qui ne se prend pas au sérieux !

Le changement d’heure sert-il encore à quelque chose ? 27 mars 2011

Le changement d’heure sert-il encore à quelque chose ? à part nous casser les pieds et dérégler les rythmes de chacun je veux dire !

Voilà l’explication du ministère du développement durable : « L’heure d’été a été instituée en France en 1975 suite au choc pétrolier de 1974, avec l’objectif d’effectuer des économies d’énergie en réduisant les besoins d’éclairage. Il s’agit principalement de faire correspondre au mieux les heures d’activités avec les heures d’ensoleillement pour limiter l’utilisation de l’éclairage artificiel. Le changement d’heure a permis d’économiser en 2009 440 GWh en éclairage, soit la consommation d’environ 800 000 ménages. Grâce à ces économies, la France a ainsi évité l’émission de 44 000 tonnes de CO2. »

Ca a l’air évident, mais quand Terra Eco mène l’enquête ça ne l’est plus tant que ça :
>  l’économie réalisée selon les calculs de l’Adème en 2003 serait de 1,3 TWh soit 0,27% de la consommation globale d’électricité française. Mais « entre temps, les ampoules basse consommation ont débarqué dans nos logis. A elles seules, celles là devraient permettre aux Français de consommer 8 Twh de moins par an à l’horizon 2016. C’est l’Ademe qui le dit. Nos 1,3 Twh économisés de départ font désormais pâle figure. »

 

Bref, au delà des initiatives ponctuelles, c’est bel et bien un changement culturel qu’il va nous falloir aborder, celui de la recherche de sobriété énergétique. La question ne peut pas être comment produire et consommer plus d’énergie. La planète ne pourrait physiquement le supporter, ses ressources sont épuisables à court terme. La solution c’est apprendre à consommer moins d’énergie.

Les 3 leviers de plus en plus mis en avant sont :

> la recherche de sobriété dans la consommation
> l’augmentation de la performance énergétique de nos installations
> et le développement des énergies renouvelables.

 

Sur ce, dormez bien, vérifiez que votre réveil est à l’heure d’été pour arriver à l’heure au bureau !

 

sources : http://www.developpement-durable.gouv.fr/

http://www.terra-economica.info/Changement-d-heure-pas-si-ecolo,9440.html

Publicités
 

Il y avait le soleil, la mer, les galets … et tout plein de déchets (2)

Filed under: Les bonnes pratiques,Tri des déchets — greenmarie @ 7:21
Tags: , , , ,

Il en a fallu du courage à Green Marie ce matin pour braver le changement d’heure qui a fait lever toute la petite famille à 6h, convaincre monsieur de nous emmener au Havre après un « est-il envisageable que tu y ailles toute seule ? » bien tenté, et des petits choux dans la voiture qui avaient retrouvé la forme et donnaient de la voix !!!

Bref 2 heures plus tard nous y étions, et là comment vous dire : l’air était doux, le ciel se dégageait, le soleil commençait à nous chauffer le visage, déjà de nombreuses silhouettes penchées sur les galets et gantées de latex bleu, rose ou vert s’évertuaient à ramasser les déchets charriés par la mer. Bref, tout de suite, je me suis sentie bien heureuse d’être là, car nous étions nombreux à avoir eu la même idée et j’ai pensé au slogan d’une mutuelle bien connue : la solidarité est une force.

Ah, comme ça fait du bien de sentir que d’autres que vous se sentent concernés par la  préservation de la planète ! Et ils sont venus en famille, car dans le même état d’esprit que la Surfrider Foundation, qui avait organisé l’événement cette année encore, l’idée en plus de nettoyer les plages est aussi de faire de la pédagogie, faire prendre conscience d’à quel point la mer est prise pour une poubelle.

Je vous renvoie vers l’infographie d’Eclairage Public bien inspiré d’illustrer les quantités de déchets que l’on retrouve dans la mer. Vous verrez c’est édifiant. http://www.eclairagepublic.net/les-debris-marins-2011/

Qu’y avait-il donc dans ma musette à la fin de la matinée : des débris de plastiques de toutes les couleurs et toutes les formes, des morceaux d’emballages et surtout des tas de morceaux de féraille toute rouillée. Je voyais mes acolytes transporter des tiges entières de métal rouillé, on aurait dit des pots d’échappement.

Bref, ce fut un chouette moment, tout le monde en a profité. Merci beau-papa pour cette initiative ! Chers lecteurs à vous de jouer il n’y a pas qu’un jour dans l’année pour se mobiliser 😉

Autre billet sur le même sujet :  https://monoeilsurlaplanete.wordpress.com/2009/03/22/ce-week-end-il-y-avait-le-ciel-le-soleil-la-mer-et-les-dechets/

 

Tous à la plage avec la Surfrider Foundation 16 mars 2011

Filed under: Les bonnes pratiques,Tri des déchets — greenmarie @ 9:07
Tags: , , , , ,

Vous venez avec moi ?

Comme tous les ans, la surfrider foundation organise des séances de ramassage de déchets sur les plages. Le principe n’est pas de se substituer aux services de la voirie des villes côtières mais de faire de la sensibilisation. A destination des enfants dans le cadre de sorties scolaires mais aussi auprès des adultes. Je peux vous dire que quand on voit les choses invraisemblables que l’on ramasse on prend conscience d’à quel point la mer et les océans sont pris pour des poubelles … mais aussi que notre planète est toute petite, car ce que l’on ramasse a le plus souvent parcouru des milliers de kilomètres pour s’échouer sur nos plages, c’est pas compliqué, le plus souvent c’est écrit dessus. Et encore quand on a la chance de les ramasser c’est que les déchets n’ont pas coulé ni été mangés par des poissons ou des oiseaux qui ne s’en remettront pas.

Allez prendre l’air au bord de la mer et donnez deux heures de votre temps, je vous promets qu’on est fiers de se sentir utiles après !

 

> Un site dédié : www.initiativesoceanes.org permet de prendre connaissance des différentes opérations déjà enregistrées et géolocalisées pour faciliter leur visibilité.

 

> Mes autres billets sur le même sujet :

https://monoeilsurlaplanete.wordpress.com/2009/03/22/ce-week-end-il-y-avait-le-ciel-le-soleil-la-mer-et-les-dechets/

https://monoeilsurlaplanete.wordpress.com/2009/02/01/mon-beau-frere-et-la-surfrider-foundation/

 

Quittez l’aspartame pour des sucres plus naturels 12 mars 2011

Filed under: Alimentation — greenmarie @ 2:38
Tags: , , ,

Sommes nous à l’aube d’un scandale sanitaire ? l’Aspartame, alias l’édulcorant E951, présent dans près de 6000 produits de consommation courante comme les chewing-gums, les sodas, les yaourts, les médicaments, globalement tous les produits dits sans sucres & light, est de plus en plus montré du doigt.

  • Plusieurs raisons à cela :

> son homologation ne doit rien à sa soi-disant innocuité mais plutôt à des pressions politiques : en 1980, un comité d’enquête de la Fédéral Drug Administration américaine conclut qu’il ne faut pas autoriser l’aspartame. En 1981, Donald Rumsfeld , qui fut pdg de Searle le labo qui a inventé l’aspartame, rejoint l’équipe de Ronald Reagan fraichement élu président des Etats-Unis et participe à la nomination du nouveau président de la FDA. Surprise : quelque temps plus tard l’aspartame est déclaré sans danger.
> L’innocuité de cette substance chimique avait été déclarée sur la base d’études fournies par le labo inventeur ! Or de nombreuses études scientifiques contradictoires basées sur des tests de souris ont montré des risques de troubles du système nerveux, de tumeurs cérébrales, de cancer du foie et du poumon.

La conclusion de cet exemple qui pourrait tout aussi bien être celui du Bisphénol A dans les biberons : « Nous ne sommes pas protégés par les institutions censées protéger notre santé » déclare André Cicolella, chimiste toxicologue, président du Réseau Environnement Santé, dans le Télérama de cette semaine.

  • Il y a des alternatives non chimiques à l’aspartame et au sucre blanc (ce dernier est pauvre en éléments nutritionnels et fait grimper très rapidement le taux de glycémie et donc les risques d’inflammations propices au cancer ; David Servan-Schreiber dans son livre Anticancer conseille d’abandonner ce type de sucre raffiné) :

la Stevia, une plante sud-américaine hautement sucrante (200 à 300 fois plus que le sacharose), naturelle et sans calories. A elle seule elle pourrait révolutionner le secteur du light… les Coca et autres Pepsi seraient sur le coup !

le miel

le sirop d’agave

– et pour les mordus du sucre cristallin, on peut choisir du sucre non raffiné, issu du commerce équitable.

Bref, vous l’avez compris, il n’y a pas de fatalité à consommer des produits chimiques !  Ouf, la gourmandise est sauve 😉

Sources : Télérama n°3191 mars 2011, Terra Eco n°23 mars 2011, arte.fr extraits de Notre Poison Quotidien de Marie Monique Robin. Diffusion – événement le 15 mars à 20h40 sur Arte.

Et pour aller plus loin l’article très détaillé sur le site Owni : http://owni.fr/2011/03/15/les-dangers-de-l’aspartame-et-le-silence-des-autorites-publiques/

 

Sortez les vieux téléphones portables de vos tiroirs ! 6 mars 2011

Vous souvenez-vous de votre premier portable ? Je me souviens de mon Ola en 1993, je m’arrêtais sous un porche pour téléphoner dans la rue, ça ne se faisait pas à l’époque de raconter sa vie devant tout le monde ! Et puis j’ai eu un Nokia 3210, l’un des téléphones les plus solides … et pourtant je m’en suis séparé pour je ne sais plus quelle raison, un plus beau avec un clapet ou un mirroir, qui m’a lâché au bout de 6 mois, puis un autre … mais que fait-on de nos anciens téléphones ? La moitié serait encore dans nos tiroirs.

Il se vend 100 millions de portables par mois dans le monde, pas étonnant vue la frénésie avec laquelle nous les consommons dans les pays industrialisés. Un humain sur deux possèderait un téléphone mobile. Fabriqués pour durer 5 ans, nous en changeons en moyenne tous les 18 mois pour un design plus moderne, une technologie plus avancée, une couleur plus flashy, un caprice.

Cette frénésie a un coût écologique. Les métaux contenus dans ces téléphones – étain, argent, or – sont extraits par des populations pauvres du sud dans des conditions extrêmement dangereuses, pénibles et pour un salaire très bas ; et sont même sources de conflits armés dans certains pays comme la République Démocratique du Congo.

  • Que faire pour ne pas alimenter cette frénésie ni participer à l’accélération de l’épuisement des ressources minières ?

> prolonger la vie de son portable le plus longtemps possible,
> donner son ancien portable à quelqu’un qui s’en servira,
>le donner aux compagnons d’Emmaüs qui les remettent en état et les revendent,
> le donner à recycler (via son opérateur de téléphone qui  le fera entrer dans le cycle de recyclage en échange de celui qu’il vient de vous vendre),
> le revendre à destination des circuits de second marché,
> perso, j’ai dû aussi en donner quelques uns à mes enfants qui s’en servent comme jouet pour faire comme papa et maman (pas une super idée en fait pour les raisons énoncées ci dessus).

Le phénomène de rachat des téléphones explose et le nombre de prestataires est pléthorique désormais . Le principe est simple : votre ancien téléphone est racheté à un prix d’occasion, le téléphone est envoyé par La Poste, ensuite il part soit en réparation, soit à la revente dans les pays en développement ou encore est recyclé pour récupérer les métaux contenus à l’intérieur qui serviront à fabriquer d’autres téléphones ou objets métalliques.

  • J’ai recensé tous ces prestataires sur Internet : à vos tiroirs ! prêts ? revendez, recyclez !

www.misterrecycle.com
www.love2recycle.fr
http://www.fonebak.fr/
www.mobile-recyclage.com/
www.recyclez-moi.fr
www.monextel.com/
www.mobilorama.com

 

Mes autres articles sur le sujet :

https://monoeilsurlaplanete.wordpress.com/2009/09/21/recyclez-vos-piles-et-batteries/

https://monoeilsurlaplanete.wordpress.com/2010/01/15/telephonie-les-reflexes-verts-mis-en-place-par-orange/

https://monoeilsurlaplanete.wordpress.com/2011/01/14/linformatique-reduit-elle-notre-empreinte-ecologique/

Pour en savoir plus :

http://www.terra-economica.info/Recyclage-des-portables-l-embarras,7069.html

http://www.goodplanet.org/conso/Dossiers/recyclagetelephonesportables.html