mon oeil sur la planète

le blog écolo et responsable qui ne se prend pas au sérieux !

Les composés organiques volatils bientôt étiquetés 27 avril 2011

  • L’air intérieur de nos maisons et bureaux est plus pollué que l’air extérieur. La majorité des polluants domestiques est issue de l’industrie chimique, ils sont appelés Composés Organiques Volatiles et comprennent des substances aussi dangereuses que leur orthographe est obscure : formaldéhydes, benzène, actéaldhéhydes, trichloréthylène, éthers de glycol, phtalates mais aussi allergènes de chien et de chat entre autres.
  • D’où viennent-ils ? 

– des colles, peintures, vernis de nos meubles et revêtements des sols et murs,
– des parfums d’ambiance, aérosols, bougies, encens,
– de la fumée du tabac, du monoxyde de carbone,
– des produits d’entretien et les produits d’hygiène (surtout en spray),
– …

  • Que faire pour ne pas être exposés ? Aérer souvent biensûr et limiter les sources de pollution. Je suis par exemple toujours surprise de voir chez les uns et les autres des produits d’entretien ultra puissants qui nettoieraient une maison ravagée par un troupeau d’éléphants ! Mais pour une salissure normale, un peu d’huile de coude et des produits basiques suffisent : produit vaisselle, savon noir, citron, savon de Marseille, bicarbonate de soude, eau bouillante, etc. La pollution générée par ces produits est nocive pour les habitants de la maison et surtout pour les enfants qui n’ont pas la capacité des adultes à éliminer ces substances chimiques mais ils polluent aussi les rivières et les sols une fois évacués … Ces substances s’ajoutent et se mélangent, elles provoquent maux de tête, vertiges, nausées et cancers dans le pire des cas.
  • Ce qui est en train de changer :

« Tous les composés organiques volatils (COV) ayant des effets sur la santé vont bientôt faire l’objet d’un étiquetage spécial. Dès le 1er janvier 2012, les produits de construction et d’ameublement ainsi que les revêtements de sol et muraux, les peintures  et les vernis devront mentionner leurs émissions de COV. Cette mesure devrait être étendue en 2013 aux produits d’entretien, désodorisants et équipements électroniques. »*

Mes billets sur les mêmes sujets :

Lire mon précédent billet sur la pollution de l’air intérieur

Lire mon billet sur les produits d’entretien écologiques

Lire mon billet sur les peintures et colles biologiques

>> Le site de l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé sur la pollution de l’air intérieur : http://www.prevention-maison.fr/

* Source : article dans 20 minutes du 21 avril 2011 

 

C’est tout un art de pique-niquer comme il faut ! 25 avril 2011

Pour le dernier jour des vacances, chez Green Marie, on a pris la clé des champs et improvisé un pique-nique bien sympathique.

Quels bons réflexes pour limiter les emballages et manger le plus écologiquement possible ?

> on a tout emporté dans des tupperware ! pas de film plastique, pas de papier aluminium autour des sandwichs. Pensez à la fabrication de tous ces produits jetables qui servent si peu et nécessitent pour leur production des ressources non renouvelables (pétrole et métaux) et beaucoup d’énergie pour un usage unique et si bref.

> on a rempli la gourde d’eau du robinet. Pas de bouteille plastique achetée.

> j’ai fait un recyclage opportuniste en ressortant les sachets de mayonnaise et ketchup du Mac Do/Quick ainsi que les serviettes en papier que je mets de côté à chaque fois (et oui je garde tout cela… 😉 )

> on a mangé plutôt bio : jambon, fruits, etc.. mais mauvais points du côté des fruits pas tous de saison et pas locaux,

> et comme un pique-nique sans chips serait comme une campagne présidentielle sans Nicolas Hulot, j’ai opté pour la marque de chips à l’huile de tournesol ! Pas (ou peu) d’huile de palme – planquée sous le terme huile végétale généralement -, c’est pas toujours facile d’en trouver.

Bonne reprise aux parisiens et bonnes vacances aux autres !

Sur les mêmes sujets :

https://monoeilsurlaplanete.wordpress.com/2010/07/17/la-chasse-a-lhuile-de-palme/

https://monoeilsurlaplanete.wordpress.com/2009/02/12/bannir-le-jetable-pour-adopter-le-durable/

 

Pourquoi la France a-t-elle sabordé sa révolution verte ? 21 avril 2011

Filed under: C'est dit,Politiquement (in)correct — greenmarie @ 8:21
Tags: ,

En pleine période de lancement de campagne présidentielle et au moment où Nicolas Hulot se lance dans la bataille pour essayer de faire bouger, une fois encore, les lignes chez des politiques qui décidément ont la mémoire courte et les engagements opportunistes, il m’a semblé intéressant de vous faire partager cet article paru dans le Télérama du 6 avril dernier. De quoi se rafraîchir la mémoire et reconstituer un feuilleton qui montre comment les politiques ont détricoté le Grenelle de l’Environnement et comment celui qui en était l’instigateur a retourné sa veste en même temps que les résultats électoraux. Eclairant.

« Quatre ans après son lancement en grandes pompes, la France a sabordé sa révolution verte. Est-ce la faute de la crise économique ? Ou des hommes politiques et des lobbys de l’énergie, qui s’ingénient depuis quatre ans à vider le Grenelle de sa substance ? »

Par un savant jeu de forces géologiques et politiques, un tsunami au Japon peut déclencher une vague verte en Allemagne. En France ? On est prémuni. Aussi bien des nuages radioactifs que des ébullitions écologistes. Naguère, pourtant, la France crut vivre une révolution écologique, un tournant majeur, la refonte totale de son mode de pensée, la dénucléarisation de son bel esprit. On appela cet épisode lointain le Grenelle de l’environnement.

“Le temps de l’action est venu” Nicolas Sarkozy.

Rappelons-nous : ce jeudi 25 octobre 2007, à l’Elysée, lors de son discours de présentation du Grenelle de l’environnement, Nicolas Sarkozy s’enflamme : « Je veux que le Grenelle soit l’acte fondateur d’une nouvelle politique, d’un New Deal écologique en France, en Europe et dans le monde ! » Chantal Jouanno, qui a écrit le discours, jubile. Nicolas Hulot, première étincelle du Grenelle avec son fameux Pacte écologique, crépite de joie. Les ONG n’osent y croire. José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, Al Gore et Wangari Maathai, les deux Prix Nobel de la paix, sont venus et écoutent ce président tout neuf qui prétend bouleverser la France et le monde : « Le temps de l’action est venu, continue Sarkozy. C’est bien à une révolution que nous invite ce Grenelle de l’environnement, une révolution dans nos façons de penser, dans nos façons de décider, une révolution dans nos comportements, dans nos politiques, dans nos objectifs et dans nos critères ! »

Hachis de mesurettes

Quatre ans plus tard, il faut admettre que le président de la République n’a pas menti. Au moins d’un point de vue mathématique. Si l’on considère qu’une révolution est un tour sur soi-même avec une arrivée au point de départ, le Grenelle est en effet une révolution. »

lire la suite

Auteur : Nicolas Delesalle

 

Des timbres écolos pour vos cartes postales de vacances ! 15 avril 2011

Green Marie est en vacances, et vous savez quoi ça fait rudement du bien !

Congénères, et futurs congénères, pour vos cartes postales à Mamie et tata Jacqueline, optez donc pour des timbres de La Poste en papier coton ! Assez jolis ma foi, des illustrations prônant la sauvegarde notre belle planète. Le papier support est labellisé, le tout est semble-t -il recyclable d’après les mentions de La Poste. Je ne demande qu’à les croire, je m’interroge juste sur la colle…mais bon après tout le timbre on le met sur une enveloppe, il est pas fait pour partir à la poubelle, même si elle est jaune.

Ma pensée du jour : je ne connais pas le tirage de cette collection de timbres mais si on fabriquait désormais tous les timbres avec des fibres naturelles, imaginez le volume, ça serait une sacrément bonne idée et un bel exemple donné par nos services publics. Comme en plus, ce sont nos impôts qui les financent, on serait fiers d’être responsables !

 

Que faire de ses copines quand elles ne sont pas green ? 10 avril 2011

Je reviens d’un week-end de filles, un vrai, avec au menu : shopping, bières à gogo, ragots, mégots bref j’ai laissé mon cerveau chez moi vendredi soir en partant ! Mais mon green heart, lui, m’accompagnait et j’ai été bien marrie de voir que mes copines n’avaient aucune sensibilité environnementale. Imaginez ma mine déconfite devant les packs d’eau en bouteilles et les cadavres de bières, de pizzas, et emballages tout mélangés dans la poubelle. Sacrilège !!!!

Quelle attitude pouvais-je dès lors adopter ? Risquer de plomber l’ambiance en entamant une explication sur le cycle de vie des produits, le plomb présent dans les rouges à lèvres, les milliers de kilomètres parcourus par un yaourt taillefine, ou le bilan carbone catastrophique du jeans acheté le jour même ? Faire mine de rien le jour et, la nuit, répandre le contenu de la poubelle sur le sol, le trier, descendre en pyjama dans la rue pour déposer les bouteilles de Krick Cerise au collecteur de verre ? Faire bonne figure du petit-dej au dîner et pleurer en cachette (l’alcool aidant) la nuit dans la salle de bain devant tant de désinvolture citoyenne ?

J’ai décidé de profiter de ces moments d’amitié tout en imaginant la riposte à venir… C’est qu’à défaut d’être green, mes copines sont geeks, pendues toute la journée à leur smartphone, pianotant les détails croustillants de notre weekend sur facebook et twitter.

Alors les filles, j’ai un truc infaillible pour développer votre green attitude : le top 10 des applications écolos !!

c’est pas beau ça ? Les filles, vous n’avez plus d’excuses … 😉

sources : orange.fr. Merci à MAE pour ces contributions toujours pertinentes !