mon oeil sur la planète

le blog écolo et responsable qui ne se prend pas au sérieux !

L’écolo de service 6 octobre 2009

Filed under: mes états d'âme ! — greenmarie @ 8:28
Tags:

Je vais vous faire partager une tranche de vie de Green Marie ! Ce dimanche, j’étais à l’anniversaire de ma soeur. Au moment où j’arrive avec le (très beau ) gâteau, les bougies, la chanson, tout le tralala quoi,  j’entends un « il est bio j’espère » qui fuse … pendant le goûter je propose un Cacolac (ben oui ça existe encore !) à mon fiston et là c’est un « dis donc pas très bio le Cacolac … » qui arrive à mes oreilles ; au moment de se quitter ma cousine me montre le cartable de son fils « t’as vu on a pris un cartable en coton bio pour te faire honneur » ; et enfin mon frangin qui dit « ouh la faut pas se tromper de poubelle sinon je vais me faire engueuler … » en débarrassant la table.

Au boulot c’est pareil, parfois mes collègues s’excusent quand ils ont mis l’emballage plastique de la ramette de papier dans la poubelle à recycler ; il faut dire que généralement je dis bien fort « mais qui est le c.. qui s’est encore trompé de poubellle ????? faut quand même pas avoir fait l’ENA, gnagnagna ;  ou bien encore ils me gratifient en passant dans les couloirs d’un « J’ai pensé à toi, j’ai mis mon papier à recycler » ou  » c’est bien pour te faire plaisir ». D’un autre côté, il faut bien reconnaître que dans mon entourage, certains me font partager les sujets qu’ils repèrent pour moi, c’est bien pratique ! parfois ça me donne des idées de billets, parfois pas, mais je trouve ça sympa.

Bref, l’écolo de service c’est moi ! Je dois être lourde souvent mais que voulez-vous les mentalités et les habitudes sont dures à changer !

La morale de l’histoire c’est que j’ai l’impression de faire passer des messages et de servir à peu près à quelque chose, mais bon parfois j’aimerais bien ne pas jouer les mères fouettardes ! ça vous arrive à vous aussi ?!

 

Nicolas Hulot dans GQ : le fond et la forme 14 septembre 2009

Image 3Nicolas Hulot en couverture de GQ (le magazine des hommes esthètes et hype) c’est extrêmement surprenant, un peu le mariage de la carpe et du lapin voyez et en même temps dans mon couple par exemple, mon chéri ce serait GQ et moi Nicolas Hulot, donc ça marche pas mal ensemble finalement ! Tout ça pour dire quoi ? et bien que quand j’ai vu le numéro de septembre, je l’ai acheté tout de suite, je l’ai lu et après seulement je l’ai filé à monsieur des fois qu’il épouserait (aussi) ma cause …

Mais surtout, et c’est tout l’objet de ce post, ce qui m’a frappé c’est le paradoxe entre les photos façon mode de Nicolas Hulot (pas mal du tout !) et la profondeur de son discours et de son engagement. Il n’y a aucune coquetterie dans son message, au contraire il se radicalise. Son propos dépasse aujourd’hui largement la cause environnementale pour prendre en compte la dimension sociale des maux dont l’humanité entière souffre. S’il convient que les choses bougent ces dernières années, il constate aussi que « ce qu’on fait pour le développement durable nous donne le sentiment d’avoir traité le problème. Mais de simples aménagements ne suffisent pas. Chacun doit incarner le changement qu’il veut voir naître. » Il prône un renoncement inéluctable à un certain mode de vie , « sans révolution culturelle, les choses vont se réguler de gré ou de force. Ce qu’on va libérer en addictions, en névroses, on va le retrouver en humain, en relationnel, on va se retrouver soi-même. (…) Aujourd’hui on préfère l’objet à l’autre. (…) Notre société crée de la frustration parce qu’elle crée tous les matins de nouveaux désirs dont on se passait la veille. » Il estime que les signaux sont rouge vifs, « la réalité physique du monde ne nous permet pas de continuer. Une croissance infinie dans un monde fini, il faut être économiste ou fou pour y croire ».

L’article qui suit l’interview retrace les 7 vies de celui qui est présenté aujourd’hui comme un des lobbyistes les plus puissants de France (son pacte écologique a fait bouger les lignes de la dernière campagne présidentielle, la taxe carbone c’est lui) ; mieux encore, pour le journaliste, Nicolas Hulot serait « en train de dessiner ce que sera peut être l’homme politique de demain : issu de la société civile, sans parti ni étiquette, expert ès medias, hésitant quand il s’agit du pouvoir, conseiller plus que dirigeant. »

Voilà pourquoi le magazine GQ a choisi de le mettre en couverture, et je leur laisse le mot de la fin « Après s’il veut bien mettre une chemise digne de ce nom, on  n’est pas contre … »

Rendez-vous le 19 octobre, pour la sortie en salle du  Syndrome du Titanic.

http://www.fondation-nicolas-hulot.org/

http://www.menstyle.fr/magazine/a_la_une/articles/090826-gq-n19–septembre-2009.aspx

 

Les parcs de loisirs se mettent au vert 27 mai 2009

Filed under: C malin ! — greenmarie @ 10:09
Tags: , ,

Image 1

Image 3Image 4

 

 

 

 

 

Des idées pour les week ends et les vacances avec les enfants !

« Au coeur des nouvelles thématiques abordées par les parcs de loisirs, le devenir de la planète et la survie de l’homme.

A côté des parcs pédagogiques dédiés à l’environnement, comme le Bioscope à Mulhouse grâce auquel le public découvre grandeur nature les effets du réchauffement climatique et l’importance de la biodiversité ou le parc Eana, inauguré en juillet 2008 en Normandie, qui raconte la fabuleuse épopée de la terre nourricière depuis le Big Bang jusqu’aux années 2050, un nouveau concept va voir le jour l’an prochain. Situé près d’Angers sur un site de 11 hectares, Terra Botanica s’affiche comme le tout premier espace ludique et pédagogique entièrement consacré au monde végétal, et espère attirer 400 000 visiteurs par an. D’autres parcs, comme le Futuroscope de Poitiers ou Vulcania en Auvergne, imaginent de nouvelles attractions destinées à frapper les esprits en utilisant les nouvelles technologies et images virtuelles, pour expliquer à quoi pourrait rapidement ressembler la planète si l’on ne changeait rien à nos comportements. Même les parcs d’attraction classiques montrent patte verte : Disneyland Resort et le Parc Astérix à Paris viennent de s’engager dans une réduction drastique de l’impact de leur activité sur l’environnement. Avant d’éduquer, il faut montrer l’exemple ! »

source : L’Express du 14 mai 2009

 

http://www.lebioscope.com/

http://www.eana.fr/

http://www.terrabotanica.fr/

http://www.vulcania.com/

http://www.futuroscope.com/