mon oeil sur la planète

le blog écolo et responsable qui ne se prend pas au sérieux !

M is Green … washing ? 1 juillet 2011

Filed under: Alimentation,Marques responsables — greenmarie @ 9:00
Tags: , , ,

 Mon mari a une passion pour le Mac Do, c’est triste mais c’est comme ça, et le pire c’est qu’il a converti nos deux petits fistons à la junk food ! Alors quand on est arrivés le weekend dernier au Mac Do rutilant de Nevers, Monsieur était content des installations flambant neuves et moi de toutes les affiches sur l’électricité à 100% d’origine renouvelable ainsi que des polos Mac is green sur le dos des équipiers. Chacun son truc !

Green Marie ne se laisse plus embobiner depuis longtemps par les promesses écologiques des grandes marques, alors biensûr pour vous j’ai interrogé l’équipière, je lui demandé de poser pour une photo et j’ai surtout scruté le site internet de la marque au grand M jaune !

Que se cache t-il derrière cette affirmation M is Green ? 

> Electricité 100% d’origine renouvelable : chaque Mac Donald’s n’est évidemment pas équipé de panneaux photovoltaiques ni d’éoliennes ! En revanche, depuis 2010, la marque achète des certificats verts à de petites centrales de production d’électricité à base d’énergies renouvelables l’équivalent de sa consommation nationale. Mac Donald’s France s’engage à réduire de 60% ses émissions de gaz à effet de serre entre 2005 et 2020 sur le périmètre de ses restaurants et par client.

> Economies d’eau : grâce aux toilettes alimentées par l’eau de pluie et aux urinoirs sans eau, la marque économise des milliers de litres d’eau par an.

> Optimisation des emballages pour utiliser moins de matières premières, moins de plastique notamment.

> Jus de pommes des menus enfants bios, café labellisé Rainforest et plus encore… il faut reconnaitre que la marque est particulièrement active.

Alors biensûr, ce serait une hérésie de considérer la multinationale Mac Donald’s comme écologique avec ses innombrables déchets générés, son lot de gâchis de nourriture, l’élevage et l’agriculture intensifs sous-tendus par le vente de millions de steacks hachés et de pommes de terre frites chaque jour, la fabrication de tous les jouets en plastique jetables présents dans les Happy Meal, l’absence de tri des emballages…

Pour autant je salue les efforts de la marque  car je considère que quand les grandes entreprises s’engagent concrètement, elles emmènent leurs concurrents avec/malgré eux. Et surtout, par leur puissance d’achats, elles peuvent faire grandir des marchés émergents comme le bio ou les énergies renouvelables. Biensur les entreprises ne sont pas philanthropes, elles espèrent en tirer un bénéfice en termes de fidélisation des clients et d’amélioration de leur image, et après tout pourquoi pas ? C’est un cycle vertueux qui s’enclenche.

Il est de bon ton d’être sceptique sur ce type de démarche, personnellement je préfère voir le verre à moitié plein, optimiste que je suis !

Publicités
 

Le changement d’heure sert-il encore à quelque chose ? 27 mars 2011

Le changement d’heure sert-il encore à quelque chose ? à part nous casser les pieds et dérégler les rythmes de chacun je veux dire !

Voilà l’explication du ministère du développement durable : « L’heure d’été a été instituée en France en 1975 suite au choc pétrolier de 1974, avec l’objectif d’effectuer des économies d’énergie en réduisant les besoins d’éclairage. Il s’agit principalement de faire correspondre au mieux les heures d’activités avec les heures d’ensoleillement pour limiter l’utilisation de l’éclairage artificiel. Le changement d’heure a permis d’économiser en 2009 440 GWh en éclairage, soit la consommation d’environ 800 000 ménages. Grâce à ces économies, la France a ainsi évité l’émission de 44 000 tonnes de CO2. »

Ca a l’air évident, mais quand Terra Eco mène l’enquête ça ne l’est plus tant que ça :
>  l’économie réalisée selon les calculs de l’Adème en 2003 serait de 1,3 TWh soit 0,27% de la consommation globale d’électricité française. Mais « entre temps, les ampoules basse consommation ont débarqué dans nos logis. A elles seules, celles là devraient permettre aux Français de consommer 8 Twh de moins par an à l’horizon 2016. C’est l’Ademe qui le dit. Nos 1,3 Twh économisés de départ font désormais pâle figure. »

 

Bref, au delà des initiatives ponctuelles, c’est bel et bien un changement culturel qu’il va nous falloir aborder, celui de la recherche de sobriété énergétique. La question ne peut pas être comment produire et consommer plus d’énergie. La planète ne pourrait physiquement le supporter, ses ressources sont épuisables à court terme. La solution c’est apprendre à consommer moins d’énergie.

Les 3 leviers de plus en plus mis en avant sont :

> la recherche de sobriété dans la consommation
> l’augmentation de la performance énergétique de nos installations
> et le développement des énergies renouvelables.

 

Sur ce, dormez bien, vérifiez que votre réveil est à l’heure d’été pour arriver à l’heure au bureau !

 

sources : http://www.developpement-durable.gouv.fr/

http://www.terra-economica.info/Changement-d-heure-pas-si-ecolo,9440.html

 

Copenhague, ville à vivre et ville durable 17 février 2011

Filed under: à l'étranger,culturel — greenmarie @ 9:35
Tags: , , ,

Je ne suis pas rancunière : malgré l’échec du sommet de Copenhague en 2009, j’ai décidé d’y passer le week end dernier !!! et j’ai découvert pourquoi la tenue de ce sommet était légitime dans cette ville-là dont l’ambition est d’être neutre en carbone à l’horizon 2025 :

> ribambelles d ‘éoliennes dans la mer le long de la côte, qui produisent 15 % de l’électricité de la ville.
> des km de pistes cyclables, il y a d’ailleurs plus de vélos que d’habitants : 560 000 comptabilisés pour 516 000 habitants !
> des sachets de sucre issus du commerce équitable sur les tables des restaurants, et du beurre bio aussi,
> de l’écodesign au pays du design, rien de plus naturel … voyez sur la photo prise au musée du design comment réaliser un (beau) fauteuil à partir de bouteilles en plastique et avec très peu d’étapes de production,
> je n’ai pas spécialement vu de restaurants bios mais des coiffeurs bios oui !
> question nourriture, ce sont les poissons fumés qui sont le plus souvent proposés, ils sont délicieux certes mais j’ai mangé en deux jours plus que mon quota des 6 derniers mois. Quand je pense qu’à Paris je boude les restos japonais pour ne pas participer à l’épuisement des stocks de poissons … arghhh c’était trop bon !

 

Quelles aides pour améliorer la performance énergétique de votre logement ? 21 octobre 2010

Savez-vous que les bâtiments constituent les plus gros consommateurs d’énergie en France (plus de 40 % de la consommation d’énergie ) ? Face à ce constat, le gouvernement souhaite généraliser, pour les constructions neuves, les Bâtiments Basse Consommation (BBC) d’ici fin 2012 et les logements à énergie positive d’ici 2020.

Aujourd’hui, la consommation moyenne d’un logement en France est de 240 kWhep/m².an (Kilowatt-heur d’énergie primaire par mètre carré et par an). Le label BBC fixe à 50 kWhep/m².an la consommation maximale d’une maison neuve. Il s’agit donc de diviser la consommation moyenne d’un logement par près de 5.

Comme l’électroménager et les voitures, les logements reçoivent une étiquette énergie. Cette étiquette est attribuée par le Diagnostic de Performance Energétique (DPE), obligatoire pour tout bâtiment neuf depuis le 1er juillet 2007 mais aussi et depuis beaucoup plus longtemps au moment de la vente d’un logement (au même titre que la détection de plomb, d’amiante ou de termites).

L’étiquette énergie est un indicateur de la consommation en énergie d’un logement de A (norme BBC) à G (pour les plus énergivores)

 

  • Comment être accompagné pour faire baisser sa facture énergétique ?

Aujourd’hui les grandes entreprises de l’énergie telles que GDF Suez ou EDF proposent des dispositifs de conseil et d’accompagnement pour s’équiper et améliorer la performance énergétique de nos logements. Les sites Internet notamment sont assez conviviaux et interactifs, avec des conseils, des simulations d’aménagements, des forums d’échange :

http://www.dolcevita.gazdefrance.fr/

http://www.lesecohabitants.fr/

https://www.mamaisonbleucieledf.fr/

> EDF propose même désormais une application iPhone, « Etiquette Energie ». Elle permet, au moment du choix d’un nouvel appareil électro-ménager, de photographier l’étiquette énergie du produit, et ainsi de comparer entre eux des produits en apparence similaires sur leurs performances énergétiques… Un outil d’aide à la décision précieux au moment de l’acte d’achat.

 

  • Pour un point de vue plus objectif et indépendant, il y a l’Ademe (l’agence de l’environnement et la maîtrise de l’énergie) : non seulement, vous avez accès à un site plein de conseils mais l’ademe a noué des partenariats avec les collectivités territoriales pour proposer 235 Espaces INFO ENERGIE répartis dans toute la France, avec des spécialistes qui vous aident à faire les bons choix pour faire des économies d’énergie dans votre logement : aides financières, chauffage, isolation, énergies renouvelables. Ils analysent vos besoins et répondent à toutes vos questions : « Comment isoler mon logement ? », « Quel est le meilleur chauffage ? », « Comment financer mon projet ? » Et cerise sur le gâteau, c’est gratuit biensûr !
Pour trouver l’Espace Info Energie le plus proche de chez vous , c’est par ici : http://www.infoenergie.org/

 

Earth Hour : éteignez vos lumières le 27 mars entre 20h30 et 21h30 20 mars 2010

Filed under: Les bonnes pratiques — greenmarie @ 9:55
Tags: , , ,

« En 2007, les associations écologistes de l’Alliance pour la Planète appellent la France à éteindre ses lumières pendant 5 minutes. Trois millions de foyers se mobilisent, les villes éteignent leurs monuments les plus emblématiques. L’initiative est reprise spontanément dans de nombreux pays et devient le symbole de l’engagement de tous contre le péril climatique. Pour renforcer le caractère spectaculaire de cet évènement, le WWF-Australie étend les 5 minutes à une heure.

Earth Hour est aujourd’hui « la plus grande manifestation en faveur de la lutte contre le dérèglement climatique »(Ban Ki-Moon, secrétaire des Nations Unies) En 2009, des centaines de millions de personnes dans près de 4000 villes et 88 pays ont éteint leurs lumières pendant une heure pour manifester leur soutien à la lutte contre le changement climatique. Le Christ Rédempteur de Rio de Janeiro, la Tour Eiffel, les Pyramides de Gizeh, l’Acropole d’Athènes, l’Alhambra de Grenade, etc. Au total 375 monuments symboliques ont participé à l’opération Earth Hour. En France, plus de 200 villes ont éteint leurs monuments emblématiques dont la Tour Eiffel, et ce, en présence de Jim Leape (Directeur du WWF-France), Denis Baupin (Adjoint au Maire de Paris en charge du Développement Durable), Jean-Louis Borloo (Ministre du Développement Durable) et Chantal Jouanno (Secrétaire d’Etat en charge de l’Ecologie).

À l’échelle du territoire national, Earth Hour a représenté une économie de 1% de la consommation d’électricité métropolitaine soit 800 mégawatts, ce qui équivaut à la consommation journalière d’une ville comme Lyon (qui compte plus d’un million d’habitants).

L’événement Earth Hour va bien au-delà du simple fait d’éteindre les lumières pendant 60 minutes. En participant à Earth Hour 2010, une nouvelle occasion de nous faire entendre nous est donnée.

Le 27 mars 2010, de 20h30 à 21h30, faites un geste pour la planète : éteignez vos lumières, allumez vos consciences ! »

http://www.earthhour.fr/


 

Recyclez vos piles et batteries 21 septembre 2009

Batribox est un programme créé en 2006 à l’initiative d’un éco-organisme chargé de la collecte et du recyclage de piles et de batteries. Les adhérents sont pour la plupart des fabricants et distributeurs (téléphonie, électroménager, informatique, jouets, photographie,…), ils financent donc la collecte et le tri des piles et batteries qu’ils commercialisent.

Image 5

Les points de collectes sont nombreux : collectivités, petites et moyennes surfaces de vente spécialisées (Franprix, Leader Price ou encore Botanic par exemple) mais aussi les entreprises. Il est d’ailleurs assez simple de faire venir Batribox jusqu’à votre entreprise, il suffit de les contacter pour se faire livrer de petites boites en carton à mettre à la disposition des collaborateurs qui pourront y déposer leurs piles et batteries usagées. Hélas aujourd’hui en France, seulement 1 pile sur 4 est recyclée, les 3 autres partent soit dans la nature soit en incinérateur.

Ce qui se recycle :  les batteries de téléphones, d’ordinateurs portables, d’appareils photos, les piles salines, alcalines, les piles bouton, …

Et pour tout savoir sur le cycle de tri et de traitement, voici une vidéo explicative : http://www.batribox.fr/#/fr/recyclage-mode-d-emploi/

Les métaux lourds sont récupérés et réutilisés dans l’industrie. Il faut savoir que les métaux sont très gourmands en énergie pour être extraits de la terre, que ce ne sont pas des matières renouvelables, et qu’ils peuvent être très polluants s’ils sont abandonnés dans la nature.

Pour en savoir plus, allez sur le site internet qui est très didactique : points de collectes, identification des appareils contenant des piles et batteries, explication du cycle de tri et de recyclage : http://www.batribox.fr/

et visionnez l’animation des Apprentis z’écolos : http://www.dailymotion.com/video/x4un1g_les-apprentis-zecolos-la-pile_news

 

L’usine marémotrice de la Rance 5 juillet 2009

Filed under: culturel — greenmarie @ 10:26
Tags: , ,

Et voici une première idée de destination de vacances pour les retardataires qui n’auraient pas encore booké leur location et autres billets de trains : la région de St Malo, et la bien nommée Côte d’Emeraude (baptisée ainsi à cause de la couleur de la mer …). En plus de l’incroyable ville aux remparts, faîtes un détour par le barrage de la Rance qui est le premier site industriel visité en France !

Image 1 « L’usine marémotrice de la Rance est la principale source d’électricité de la Bretagne (elle couvre 45% des besoins en électricité de la région) et contribue ainsi à réduire le déficit énergétique de celle-ci. Une écluse dans la partie ouest du barrage permet le passage de 18 000 bateaux par an entre la Manche et la Rance.

L’usine marémotrice de la Rance est l’un des sites industriels les plus impressionnants au monde, c’est la raison pour laquelle ce barrage utilisant la force des marées pour fabriquer de l’électricité attire chaque année à lui plus de 200 000 visiteurs. 390 m de long, 33 m de large, 24 turbines, 6 vannes… L’usine marémotrice de la Rance est un aménagement aussi imposant qu’insoupçonné. Implanté à l’embouchure de l’estuaire, où l’amplitude des marées peut atteindre 13,50 m, cet étrange navire ancré par 30 m de fond permet d’alimenter 223 000 habitants en électricité, soit l’équivalent d’une ville comme Rennes.

Inaugurée par le général De Gaulle le 26 novembre 1966, l’usine marémotrice est toujours la seule au monde à produire de l’électricité en quantité industrielle à partir de la force des marées. Le tout sans aucune émission de gaz à effet de serre. Fermée au public depuis la mise en place du plan Vigipirate en 2000, l’usine se visite par le biais de l’Espace découverte, situé près de l’écluse. »

Si vous passez par la barrage qui relie Saint Malo à Dinard notamment, soyez vigilant aux horaires car une petite partie de la route, une écluse en fait,  se lève toutes les heures à heure fixe et arrête la circulation ! Cela dit c’est une belle occasion de regarder le magnifique paysage de cet estuaire.

Source : Ouest France