mon oeil sur la planète

le blog écolo et responsable qui ne se prend pas au sérieux !

Les 10 réflexes à adopter quand on fait les courses 7 septembre 2011


 Mes chers lecteurs, j’inaugure pour cette rentrée une nouvelle rubrique sur les 10 bons réflexes à avoir dans toutes les situations du quotidien !
Pour les puristes, ce sera une piqûre de rappel, mais pour les bonnes volontés qui ne savent pas toujours comment s’y prendre, ça devrait donner quelques réflexes faciles à adopter.

Aujourd’hui, on commence par les courses, parce que je ne sais pas pour vous, mais moi, samedi dernier, après 4 semaines au vert, je me suis sentie un peu larguée derrière mon caddie, j’avais perdu mes repères !

  • On achète les articles en grand format économique pour limiter les emballages (grand pot de fromage blanc ou grande boite de compote plutôt que les portions individuelles),
  • Pour les mêmes raisons, on préfère les fruits et légumes en vrac plutôt qu’emballés,
  • Et ces fruits et légumes, on les choisit de saison et de production locale (votre région, français) : les fraises en hiver, est ce bien raisonnable toute cette électricité pour chauffer les serres  ? et l’avocat du Pérou , il aurait pas un ptit goût de CO2 après tant de kilomètres parcourus ?! Si comme moi, vous n’avez aucune idée de ce qui pousse à quelle saison, cliquez ici, vous saurez tout mois après mois.
  • Question produits d’entretiens, on lève les pied sur le nombre de pschitt-pschitt, flacons et autres lingettes : 2 produits de nettoyage suffisent, à compléter avec du vinaigre blanc ou du citron pour enlever le calcaire. Biensûr on privilégie ceux labellisés avec le fleur bleue qui indique les produits écologiques qui contiennent un minimum de produits chimiques (moins de pollution de votre air intérieur, moins de résidus dans la nature).
  • On limite la viande en général et la rouge en particulier, d’abord c’est bon pour votre santé et surtout l’élevage est une des plus importantes source d’émissions de CO2 dans l’atmosphère.
  • Quand on a le choix, préférer les emballages en carton plutot qu’en plastique ou en verre (pour le lait typiquement, en brique et production « de nos campagnes ») ; le carton est fabriqué à partir du bois qui est une ressource renouvelable contrairement au pétrole à la base du plastique. En plus, les cycles de recyclage sont plus longs (7 fois pour le papier, 1 à 2 fois pour la plastique).
  • Autant que possible et selon le budget de chacun, privilégier les produits bios (dans un souci de préservation de l’environnement, de votre santé mais aussi de qualité des produits) et/ou issus du commerce équitable notamment le café, le thé, le riz, le sucre, le chocolat pour une démarche de solidarité avec les pays du sud.
  • Pour les produits non alimentaires, choisir de préférence ceux élaborés à partir de matières recyclées (papier toilette, sacs poubelles, papier à lettres, etc), non traitées au chlore (couches, filtres à café, enveloppes, …) et pour les achats de papier ou de mouchoirs, choisir les marques arborant le label FSC qui garantit l’origine du bois issu de forêts gérées durablement (et non de la déforestation sauvage),
  • D’une manière générale, acheter des matières premières à cuisiner plutôt que des plats tout préparés pleins de choses chimico-bizarres et d’emballages est un bon réflexe mais biensur c’est plus facile à dire qu’à faire (je sais de quoi je parle, je suis nulle en cuisine !!!). Mais faire le marché peut être un plaisir, non ?
  • Et pour finir, un grand classique : on apporte son super cabas ! Qu’il soit roulé dans le sac à main, stocké dans le coffre de la voiture ou accroché au porte manteau de l’entrée, pour éviter les sacs plastique biensûr (fabriqués en 3 secondes, utilisés en moyenne 20 minutes et qui mettent 100 ans à disparaitre dans la nature).

 Et bien, vous voilà parés pour vos prochaines courses. La première fois vous mettrez un peu plus de temps à regarder les étiquettes mais la fois d’après vous passerez dans la catégorie des pros, c’est promis ! Bonne rentrée !

ps : cette liste n’est pas exhaustive mais au fil des listes de bons réflexes je vous donnerai plus d’informations thématiques.

Publicités
 

Des timbres écolos pour vos cartes postales de vacances ! 15 avril 2011

Green Marie est en vacances, et vous savez quoi ça fait rudement du bien !

Congénères, et futurs congénères, pour vos cartes postales à Mamie et tata Jacqueline, optez donc pour des timbres de La Poste en papier coton ! Assez jolis ma foi, des illustrations prônant la sauvegarde notre belle planète. Le papier support est labellisé, le tout est semble-t -il recyclable d’après les mentions de La Poste. Je ne demande qu’à les croire, je m’interroge juste sur la colle…mais bon après tout le timbre on le met sur une enveloppe, il est pas fait pour partir à la poubelle, même si elle est jaune.

Ma pensée du jour : je ne connais pas le tirage de cette collection de timbres mais si on fabriquait désormais tous les timbres avec des fibres naturelles, imaginez le volume, ça serait une sacrément bonne idée et un bel exemple donné par nos services publics. Comme en plus, ce sont nos impôts qui les financent, on serait fiers d’être responsables !

 

Un événement éco-conçu, c’est quoi ? 11 octobre 2010

La semaine dernière, je suis allée à un salon à Grenoble pour mon boulot et j’ai bien apprécié tous les efforts en matière d’éco-conception.

> les habillages des stands étaient en carton recyclé et recyclable

> à l’entrée, on m’a remis un sac en coton bio et éthique, avec à l’intérieur

> une clé USB en bois labellisé FSC

> un crayon dont la structure est en papier recyclé roulé

> sur le buffet, les assiettes étaient en carton recyclé et les couverts en bambous

Ce qui fait plein de bons points pour les organisateurs, et pour être tout à fait complète sur ce sujet, je préciserais :

> que dans ce genre d’événement le mieux est encore d’investir dans un stand qui va durer et non construit pour un seul usage (souvent ils sont composés de plusieurs matériaux et donc non recyclable) ou alors de l’éco-concevoir pour que les matériaux utilisés soient écologiques (aujourd’hui on fait des stands en carton très solides)

> que les brochures et autres documentations soient limitées au strict minimum et imprimées sur papier recyclé et/ou labellisé FSC ou PEFC,

> que les invitations soient envoyées par mail et non par La Poste,

> que la problématique des déplacements des invités et participants soient prise en compte en choisissant un lieu facilement accessible en transport en commun,

> que l’éclairage soit basse conso, les toilettes non chimiques, etc…,

et sachez aussi, pour finir, que des organismes comme Eco-Emballages accompagnent certains événements en proposant le tri sélectif.

Voici quelques prestataires que j’ai repérés mais biensûr il y en a plein d’autres :

traiteur : http://www.ethique-et-toques.com/

fournitures écologiques : http://www.versionecologique.com, http://www.unbureausurlaterre.com, http://www.toutallantvert.com, http://a3com-etik.com/

 

Leclerc : un écologiste opportuniste 8 octobre 2010

Je viens de voir à la TV la publicité pour l’enseigne Leclerc sur le programme 2020 : Zéroprospectus et comme souvent avec les publicités Leclerc je suis agacée. Je ne sais pas quel est le public cible de cette enseigne mais je ne dois pas être dedans. La fausse polémique, les messages fracassants, la défense des consommateurs non desintéressée me hérissent le poil depuis des années car tout semble bon pour faire parler de l’enseigne. Je ne saurais expliquer pourquoi je n’ai jamais cru à la sincérité des engagements de Leclerc, peut-être que parce que quand on a aussi mauvaise réputation dans le traitement de ses salariés et de ses fournisseurs il est inconcevable à mes yeux d’aller faire la leçon aux autres, même sur un autre terrain, en l’occurence ici l’écologie.

Pourtant on peut bien reconnaitre à Michel-Edouard Leclerc le mérite d’avoir été le premier à s’engager concrètement avec l’arrêt des sacs de caisse. Initiant un mouvement vertueux et une prise de conscience qui a fait redevenir les cabas à la mode et baisser le nombre de sacs jetables en plastique de 14 milliards par an en France à moins de 3 milliards aujourd’hui (un sac sert en moyenne 20 minutes, ne se recycle pas et met de 100 à 400 ans à disparaitre dans la nature mais seulement 1 seconde à être fabriqué …).

Son nouveau combat est donc les prospectus commerciaux qui inondent nos boites aux lettres. On ne peut pas lui donner tort, étant donné le nombre d’arbres abattus pour fabriquer ces pousse-à-la-consommation éphémères qui sont, qui plus est, difficiles à recycler car très fortement encrés. D’ailleurs les enseignes de grandes distribution paient une taxe supplémentaire pour la valorisation de l’ensemble des prospectus qu’ils répandent.

Quel est le programme de l’enseigne sur le sujet ?

> une dématérialisation des prospectus, repris sur internet et accessibles sur smatphone (belle opportunité de constituer un fichier client ciblé)

> le recyclage des prospectus apportés en magasin

> la réduction du poids, du format et de la pagination des prospectus.

Biensûr supprimer les sacs comme les prospectus est avant tout une économie pour Leclerc mais je ne suis pas gênée par le fait que les intérêts économiques des entreprises se croisent avec les engagements environnementaux, cela ne peut fonctionner que comme cela. Comme j’aime à le répéter, les entreprises ne sont pas philanthropiques !

Non, ce qui me gêne c’est la revendication à tout va. Je crois que décidément je préfère l’humilité dans les discours, plus souvent synonyme de sincérité.

Le conseil opportun(iste) du jour : mettez donc un autocollant Stop la Pub sur votre boite aux lettres !

 

Moins blanc que blanc, mais propre quand même ! 18 juin 2010

Filed under: Les bonnes pratiques — greenmarie @ 9:37
Tags: , , ,

Parmi les évolutions de plus en plus importantes apportées aux produits de grande consommation pour faire baisser leur impact écologique, vous avez les produits non blanchis au chlore.

Que ce soit les couches, les filtres à café, le papier toilette, les enveloppes de correspondance, ou encore les éponges en fibres naturelles, on trouve de plus en plus de produits couleur naturel, tendance brun. On s’est habitués au plus blanc que blanc (biensûr on pense au sketch de Coluche !), mais bien souvent cette blancheur n’est qu’une illusion de propreté à laquelle on nous a conditionnés. Qu’on se le dise, les fibres naturelles ou recyclées ne sont pas sales 😉 !

 

So chics, les mouchoirs en tissus ! 18 mai 2010

Filed under: C malin !,Les bonnes pratiques — greenmarie @ 8:13
Tags: , , , , ,

Savez-vous combien de Kleenex sont vendus par la société Kimberly-Clark chaque année ? allez dites un chiffre ! et bien, la réponse est 300 MILLIARDS rien qu’en Europe et aux Etats Unis – 20 milliards en France – , et biensur ce chiffre ne comprend pas toutes les autres marques … ça fait beaucoup d’arbres, d’eau et d’électricité pour les produire, non ? et pour un usage unique en plus ! d’autant plus que pour avoir de petits mouchoirs blancs et doux, on trouve moins de 19% de papier recyclé ; pire, la société a été montrée du doigt par le WWF et Greenpeace parce qu’elle se servait dans la forêt boréale canadienne d’arbres multi centenaires. Les ONG ont eu gain de cause après 5 ans d’opposition en obtenant que Kimberly-Clark n’achète plus de pulpe issue de la forêt boréale d’ici 2012 pour fabriquer ses mouchoirs Kleeenex,  papier toilette et autres couches Huggies. La société a même obtenu la certification FSC l’année dernière ce qui garantit une gestion durable des forêts dont est issu le bois. Guettez bien le label FSC sur les boites que vous achetez, c’est un vrai plus pour un moindre impact sur l’environnement.

Vous me direz c’est quand même bien pratique ces mouchoirs jetables, et certainement plus sain pour lutter contre les miasmes du rhume ; certes, mais autant je n’ai pas réussi à mettre mes enfants aux couches lavables, autant pour les mouchoirs je tente une nouvelle expérience baptisée Back to the basics : je ressors les mouchoirs en tissus que m’offrait ma mamie quand j’étais petite. Et j’ai de véritables trésors ! Jugez plutôt : un plan du métro parisien (mouais d’accord y’avait pas encore les lignes de Tramway , ni la 14 !), la liste des restaurants 3 étoiles de la capitale, des liserés de dentelle … et pour monsieur de bons vieux carreaux très smarts ! Regardez bien dans vos placards, vous en avez certainement, vous aussi.

Allez hop j’en glisse un dans mon sac, c’est so chic !

et pour en savoir plus sur la déforestation et les labels FSC et PEFC, c’est ici .

 

J’ai visité pour vous un centre de tri 5 décembre 2009

Filed under: Marques responsables,Tri des déchets — greenmarie @ 6:42
Tags: , , , ,

Je suis allée visiter un centre de tri en région parisienne samedi dernier sur une invitation d’Eco-Emballage, c’était une première. Tout d’abord il faut savoir qu’on parle désormais de valorisation des déchets car les matières une fois triées réintègrent un marché économique en étant revendues avant d’être transformées. Elles sont d’ailleurs sujettes aux variations des cours, plutôt bas en cette période de crise économique et de concurrence chinoise.

De quelles matières parle-t-on :

  • les papiers/journaux/magazines/emballages carton qui sont transformés en pâte à papier puis en papier recyclé ou carton,
  • les bouteilles et flacons en plastique, qui sont séparés entre le plastique transparent des bouteilles d’eau et les plastiques opaques type bouteilles de lait. Ces plastiques soit sont de nouveau transformés en bouteilles et flacons soit en oreillers, vêtements polaires, sièges auto, revêtements de sol pour jeux d’enfants ou salles de sport, …
  • les métaux : aluminium et fer des boites de conserve par exemple, recyclables à l’infini. Les cannettes sont déjà en partie refabriquées à partir de métaux recyclés.
  • le verre qui fait l’objet d’une valorisation à part, car il nécessite d’avoir des fours très chauds pour être fondu, recyclable lui aussi à l’infini.
  • mais aussi les déchets ménagers qui peuvent être transformés en compost après une étape de transformation organique et ensuite répandus dans les champs d’agriculteurs.

Ce que je retiens de la visite ? pas tant le côté technique du pré-tri qui est mécanisable mais plutôt la main de l’homme qui termine le travail. Dans des conditions de travail pénibles, des hommes et femmes trient debout, 7 heures par jour, les déchets qui défilent devant leurs yeux sur un tapis roulant avec une pause de 15 min le matin, 1/2 heure pour déjeuner et un quart d’heure l’après-midi. Ces travailleurs non qualifiés peuvent toutefois trouver un intérêt à travailler dans ces centres de tri grâce aux formations apportées notamment l’apprentissage de la lecture et écriture du français. Voir des montagnes de déchets fait réfléchir à la chaîne de production des produits qui ne font que transiter chez nous autres particuliers. Le meilleur déchet étant celui qu’on ne produit pas, je vais être d’autant plus vigilante désormais à cuisiner par moi même des produits achetés en vrac afin de limiter les produits emballés.

Pour finir, sachez qu’aujourd’hui 63% des emballages sont recyclés, qu’EcoEmballage a un objectif fixé par le gouvernement de 75% d’ici 2012, que ceux qui trient le moins sont les 13/34 ans, ceux qui trient le mieux sont les personnes âgées !

Enfin je vous remets l’adresse du site d’EcoEmballage qui est très bien fait pour savoir ce qui se recycle et ce qui ne se recycle pas, sachant qu’une application iPhone va bientôt sortir … pratique quand on est hésitant devant sa poubelle !

http://tri-recyclage.ecoemballages.fr

ps : Vous saviez n’est ce pas que le point vert avec les deux flèches ne veut pas dire que l’emballage est recyclable ? il est désormais présent sur 95% des emballages et signifie que les entreprises ont cotisé auprès d’EcoEmballage pour participer à la valorisation des emballages qu’elles génèrent.