mon oeil sur la planète

le blog écolo et responsable qui ne se prend pas au sérieux !

Les 5 choses à savoir sur le recyclage 25 novembre 2011

Et voilà un nouvel opus des 5 choses à savoir pour vous conforter dans l’utilité de trier (oui, oui, il y en a encore qui se demandent si ça sert vraiment à quelque chose ! )

  • Aujourd’hui plus de 63% des déchets ménagés sont recyclés, l’objectif fixé à Eco-Emballages par le Grenelle de l’environnement est d’arriver à 75%. Les performances varient par matériau : Acier : 111 %, Aluminium : 32 %, Papier-carton : 54 %, Plastique : 21 %, Verre : 80 %.
  • La double flèche verte que vous trouvez un peu partout maintenant sur les emballages ne signifie pas recyclable mais que l’entreprise cotise auprès d’Eco-Emballages pour participer à l’effort de collecte et de recyclage.
  • Le verre et les métaux (boîtes de conserve, canettes et aérosols en aluminium) sont recyclables à l’infini.
  • Le papier se recycle jusqu’à 7 fois, après la fibre du papier est trop cassée mais en dernier cycle elle se transforme en boite à chaussures, boites d’oeufs ou puzzles.
  • Plus d’un million de tonnes d’emballages en plastique sont mises sur le marché chaque année et seules 230 000 tonnes ont été recyclées en 2010. 

Je complète avec les informations données par l’organisme Eco-Emballages sur leur site que je trouve très bien fait :

> Recycler c’est avant tout préserver des ressources naturelles non renouvelables et parfois produites et acheminées depuis l’autre bout du monde. Par exemple, si on recycle une tonne de canettes d’aluminium, on évite l’extraction de deux tonnes de bauxite.

> Recycler c’est aussi économiser de l’énergie. Ainsi refondre des cannettes d’aluminium nécessite 95% d’énergie en moins que d’extraire ce métal à partir de minerai en première production. Quand on recycle une tonne de plastique, on économise 650 kg de pétrole brut.

> Le recyclage limite également les émissions de gaz à effet de serre, donc le réchauffement climatique. En 2009, grâce au recyclage de près de 3 millions de tonnes de déchets ménagers, nous avons évité l’émission de 1,87 millions de tonnes d’équivalent CO2. Cela représente l’équivalent de 800 000 voitures en moins sur les routes.

http://www.ecoemballages.fr/

 

C’est quand même pas de bol d’être le voisin de Green Marie ! 29 juin 2011

Filed under: mes états d'âme !,Tri des déchets — greenmarie @ 7:13
Tags: , , , ,

 C’est vrai ça, avant que j’arrive ils étaient tranquillous mes voisins avec leurs poubelles mal triées ! C’est que maintenant ils ont droit à des petits mots réguliers de ma part scotchés sur la porte ! Vous savez, des petits mots pénibles quand on n’en a vraiment rien à cirer des déchets à trier !! Du genre qui te font la morale, qui t’enguirlandent ou pire qui t’expliquent comment bien faire ! Et bien voilà, dans le rôle de la voisine re-lou, il y a moi !!! Jugez vous-mêmes sur les photos…

J’ai tout de même essayé la version soft : d’abord j’ai récupéré sur le site web de ma ville les consignes de tri et je les ai affichées. Ensuite, encore plus obsessionnelle la voisine, j’ai accroché une roulette mémo du tri donnée par éco-emballage ! Et j’ai même organisé un petit quizz dans le jardin commun avant l’apéro voisin, souvenez-vous je vous racontais tout cela .

Et vous ? Vous faites comme si de rien était et vous refermez vite vite la porte du local ou vous coincez vos voisins à la sortie de l’immeuble ?!

>>Mes billets sur le même sujet :

Dans la salle de bain, on trie aussi !

J’ai visité pour vous un centre de tri

Emballée par éco-emballages !

et retrouvez tous les billets en cliquant sur Tri dans les mots-clés à droite !

 

Ma mère est décroissante (même si elle ne le sait pas !) 12 juin 2011

Filed under: C malin !,C'est dit,Les bonnes pratiques — greenmarie @ 1:17
Tags: , ,

 En ce moment je passe du temps chez ma mère et c’est l’occasion de retrouver des bribes de mon enfance : voyez sur la photo ces objets qu’on ne trouve plus dans les foyers modernes ! Lequel d’entre vous étale encore sa pâte à tarte préparée à la main ? hache son persil ou encore râpe son gruyère en tournant la petite manivelle ? qui met son sucre en poudre dans une boite tupperware ?  qui met sa salade dans la centrifugeuse ? qui fait encore ses yaourts dans la yaourtière ? A l’heure des pâtes à tarte toutes prêtes, du gruyère râpé en sachet, des herbes ciselées et séchées, de la salade en sachet et des centaines de références de yaourts dans les rayons des supermarchés, retrouver ces objets me fait d’abord un effet nostalgique ; mais ensuite, je me dis que ma mère est, sans le savoir, décroissante et ça, j’en suis fière ! 

Quand je lui ai parlé de mon idée de billet en lui en ai donné le titre, elle m’a regardée l’air inquisiteur et m’a demandé : « qu’est ce que tu vas encore raconter sur moi ???? » C’est qu’être décroissante n’est pas un gros mot ! Ce qualificatif a été donné à un mouvement d’individus qui font le choix de ne pas céder à la frénésie de consommation de nos sociétés capitalistes modernes. A l’achat compulsif, même bio, même équitable ; à la quête du toujours plus neuf, plus design, plus récent, ils préfèrent ne pas acheter ; mais plutôt réparer, recycler, réutiliser ce qu’ils ont déjà. Pas toujours facile d’ailleurs à l’heure où l’obsolescence des objets est programmée par les fabricants pour limiter leur durée de vie afin d’accélerer leur remplacement … et vous, vous êtes plutôt du genre à tout acheter neuf chez Ikéa, de la seconde main sur leboncoin.fr ou à garder ce que vous avez ???

 

Mes autres billets sur le même sujet :

– sur l’obsolescence programmée : la vidéo The Story of Stuff
 
 devenez les rois de la récup’ : https://monoeilsurlaplanete.wordpress.com/2009/01/13/devenez-les-rois-de-la-recup

j’ai testé pour vous le vide-grenier

 

Sortez les vieux téléphones portables de vos tiroirs ! 6 mars 2011

Vous souvenez-vous de votre premier portable ? Je me souviens de mon Ola en 1993, je m’arrêtais sous un porche pour téléphoner dans la rue, ça ne se faisait pas à l’époque de raconter sa vie devant tout le monde ! Et puis j’ai eu un Nokia 3210, l’un des téléphones les plus solides … et pourtant je m’en suis séparé pour je ne sais plus quelle raison, un plus beau avec un clapet ou un mirroir, qui m’a lâché au bout de 6 mois, puis un autre … mais que fait-on de nos anciens téléphones ? La moitié serait encore dans nos tiroirs.

Il se vend 100 millions de portables par mois dans le monde, pas étonnant vue la frénésie avec laquelle nous les consommons dans les pays industrialisés. Un humain sur deux possèderait un téléphone mobile. Fabriqués pour durer 5 ans, nous en changeons en moyenne tous les 18 mois pour un design plus moderne, une technologie plus avancée, une couleur plus flashy, un caprice.

Cette frénésie a un coût écologique. Les métaux contenus dans ces téléphones – étain, argent, or – sont extraits par des populations pauvres du sud dans des conditions extrêmement dangereuses, pénibles et pour un salaire très bas ; et sont même sources de conflits armés dans certains pays comme la République Démocratique du Congo.

  • Que faire pour ne pas alimenter cette frénésie ni participer à l’accélération de l’épuisement des ressources minières ?

> prolonger la vie de son portable le plus longtemps possible,
> donner son ancien portable à quelqu’un qui s’en servira,
>le donner aux compagnons d’Emmaüs qui les remettent en état et les revendent,
> le donner à recycler (via son opérateur de téléphone qui  le fera entrer dans le cycle de recyclage en échange de celui qu’il vient de vous vendre),
> le revendre à destination des circuits de second marché,
> perso, j’ai dû aussi en donner quelques uns à mes enfants qui s’en servent comme jouet pour faire comme papa et maman (pas une super idée en fait pour les raisons énoncées ci dessus).

Le phénomène de rachat des téléphones explose et le nombre de prestataires est pléthorique désormais . Le principe est simple : votre ancien téléphone est racheté à un prix d’occasion, le téléphone est envoyé par La Poste, ensuite il part soit en réparation, soit à la revente dans les pays en développement ou encore est recyclé pour récupérer les métaux contenus à l’intérieur qui serviront à fabriquer d’autres téléphones ou objets métalliques.

  • J’ai recensé tous ces prestataires sur Internet : à vos tiroirs ! prêts ? revendez, recyclez !

www.misterrecycle.com
www.love2recycle.fr
http://www.fonebak.fr/
www.mobile-recyclage.com/
www.recyclez-moi.fr
www.monextel.com/
www.mobilorama.com

 

Mes autres articles sur le sujet :

https://monoeilsurlaplanete.wordpress.com/2009/09/21/recyclez-vos-piles-et-batteries/

https://monoeilsurlaplanete.wordpress.com/2010/01/15/telephonie-les-reflexes-verts-mis-en-place-par-orange/

https://monoeilsurlaplanete.wordpress.com/2011/01/14/linformatique-reduit-elle-notre-empreinte-ecologique/

Pour en savoir plus :

http://www.terra-economica.info/Recyclage-des-portables-l-embarras,7069.html

http://www.goodplanet.org/conso/Dossiers/recyclagetelephonesportables.html

 

Un événement éco-conçu, c’est quoi ? 11 octobre 2010

La semaine dernière, je suis allée à un salon à Grenoble pour mon boulot et j’ai bien apprécié tous les efforts en matière d’éco-conception.

> les habillages des stands étaient en carton recyclé et recyclable

> à l’entrée, on m’a remis un sac en coton bio et éthique, avec à l’intérieur

> une clé USB en bois labellisé FSC

> un crayon dont la structure est en papier recyclé roulé

> sur le buffet, les assiettes étaient en carton recyclé et les couverts en bambous

Ce qui fait plein de bons points pour les organisateurs, et pour être tout à fait complète sur ce sujet, je préciserais :

> que dans ce genre d’événement le mieux est encore d’investir dans un stand qui va durer et non construit pour un seul usage (souvent ils sont composés de plusieurs matériaux et donc non recyclable) ou alors de l’éco-concevoir pour que les matériaux utilisés soient écologiques (aujourd’hui on fait des stands en carton très solides)

> que les brochures et autres documentations soient limitées au strict minimum et imprimées sur papier recyclé et/ou labellisé FSC ou PEFC,

> que les invitations soient envoyées par mail et non par La Poste,

> que la problématique des déplacements des invités et participants soient prise en compte en choisissant un lieu facilement accessible en transport en commun,

> que l’éclairage soit basse conso, les toilettes non chimiques, etc…,

et sachez aussi, pour finir, que des organismes comme Eco-Emballages accompagnent certains événements en proposant le tri sélectif.

Voici quelques prestataires que j’ai repérés mais biensûr il y en a plein d’autres :

traiteur : http://www.ethique-et-toques.com/

fournitures écologiques : http://www.versionecologique.com, http://www.unbureausurlaterre.com, http://www.toutallantvert.com, http://a3com-etik.com/

 

So chics, les mouchoirs en tissus ! 18 mai 2010

Filed under: C malin !,Les bonnes pratiques — greenmarie @ 8:13
Tags: , , , , ,

Savez-vous combien de Kleenex sont vendus par la société Kimberly-Clark chaque année ? allez dites un chiffre ! et bien, la réponse est 300 MILLIARDS rien qu’en Europe et aux Etats Unis – 20 milliards en France – , et biensur ce chiffre ne comprend pas toutes les autres marques … ça fait beaucoup d’arbres, d’eau et d’électricité pour les produire, non ? et pour un usage unique en plus ! d’autant plus que pour avoir de petits mouchoirs blancs et doux, on trouve moins de 19% de papier recyclé ; pire, la société a été montrée du doigt par le WWF et Greenpeace parce qu’elle se servait dans la forêt boréale canadienne d’arbres multi centenaires. Les ONG ont eu gain de cause après 5 ans d’opposition en obtenant que Kimberly-Clark n’achète plus de pulpe issue de la forêt boréale d’ici 2012 pour fabriquer ses mouchoirs Kleeenex,  papier toilette et autres couches Huggies. La société a même obtenu la certification FSC l’année dernière ce qui garantit une gestion durable des forêts dont est issu le bois. Guettez bien le label FSC sur les boites que vous achetez, c’est un vrai plus pour un moindre impact sur l’environnement.

Vous me direz c’est quand même bien pratique ces mouchoirs jetables, et certainement plus sain pour lutter contre les miasmes du rhume ; certes, mais autant je n’ai pas réussi à mettre mes enfants aux couches lavables, autant pour les mouchoirs je tente une nouvelle expérience baptisée Back to the basics : je ressors les mouchoirs en tissus que m’offrait ma mamie quand j’étais petite. Et j’ai de véritables trésors ! Jugez plutôt : un plan du métro parisien (mouais d’accord y’avait pas encore les lignes de Tramway , ni la 14 !), la liste des restaurants 3 étoiles de la capitale, des liserés de dentelle … et pour monsieur de bons vieux carreaux très smarts ! Regardez bien dans vos placards, vous en avez certainement, vous aussi.

Allez hop j’en glisse un dans mon sac, c’est so chic !

et pour en savoir plus sur la déforestation et les labels FSC et PEFC, c’est ici .

 

Des sacs poubelle plus écologiques 14 mars 2010

Filed under: Les bonnes pratiques,Tri des déchets — greenmarie @ 8:37
Tags: , , , ,

Faire les courses me casse les pieds mais il faut reconnaître que c’est aussi une occasion de découvrir comment certains produits évoluent, comment les impératifs écologiques poussent les industriels à proposer des produits plus responsables. Et bien, cette fois-ci je suis tombée sur un rayon de sacs poubelle et parmi ces sacs 100% pétrole, ultra résistants car ultra épais et donc très peu dégradables, j’ai aussi trouvé des modèles  fabriqués avec du plastique recyclé et même des sacs biodégradables rapidement à base d’amidons végétaux.

Voici ce que j’ai trouvé dans une grande enseigne, je suppose que vous en trouverez dans d’autres :

-des sacs marque distributeur en polyéthylène « 100% recyclé provenant du tri sélectif post consommateur »

– des sacs de la même marque distributeur en amidon de maïs donc biodégradables facilement, et même compostables. Ils ont des poignées ce que je trouve hyper pratique.

– des sacs de la marque référente sur ce type de produits également biodégradables facilement et compostable car fabriqués à base d’amidon végétaux (pommes de terre ? maïs ? ce n’est pas précisé)

Quoi qu’il en soit, je n’achetais plus de sacs poubelle depuis des années car je me servais des sacs de courses mais comme maintenant j’ai toujours un sac en toile dans mon sac à main, je n’ai plus assez de sacs plastique… Du coup, quitte à racheter des sacs poubelle pour éviter les ruptures de stocks à la maison, autant acheter utile : soit en plastique recyclé (c’est du pétrole en moins d’utilisé), soit en amidons végétaux, sans pétrole et dégradables naturellement. Cela étant, tous nos déchets non recyclables finissent à l’incinérateur donc dégradables ou pas c’est la même chose ; à priori oui, tout est incinéré mais dans les faits on retrouve des sacs dans la nature, dans la mer, sur les bords des routes, en décharges … alors mieux vaut limiter leur durée de vie.