mon oeil sur la planète

le blog écolo et responsable qui ne se prend pas au sérieux !

Les grands restaurants s’engagent pour les espèces de poissons menacées d’extinction 24 janvier 2010

Filed under: Alimentation,mes états d'âme ! — greenmarie @ 9:14
Tags: , , ,

Lors du dernier congrès des Relais & Châteaux, le chef  breton Olivier Roellinger, tout juste élu vice-président, a convaincu 60 % des 475 établissements de la chaîne présente dans 57 pays de signer un texte qui énonce les engagements à prendre pour préserver les espèces poissons en voie d’extinction et notamment l’arrêt immédiat du thon rouge au 1er janvier 2010 sur les cartes de ces restaurants parmi les meilleurs du Monde (et les chefs récalcitrants seront montrés du doigt !)

Comme c’est encore lui qui en parle le mieux, je ne vais faire que reprendre ses paroles :

« C’est un cri d’alarme ! Arrêtez les commandes de thon rouge d’Atlantique et de Méditerranée ! En 20 ans, 80% des ressources en thon ont disparu ! Aujourd’hui, il y a 50.000 sushi bars dans le monde… Il faut aussi savoir que les thons sont nourris avec de la farine de poissons. Pour faire 1 kg de thon, il faut 15 kg de poissons sauvages pêchés par des bateaux minotiers qui ramassent tout. Cela ne peut pas continuer ! », dit Olivier Roellinger.

Quand on sait qu’en Europe, la moitié des produits de la mer est consommée dans les restaurants, le pouvoir d’entraînement des cuisiniers est donc déterminant.

« Le thon rouge, c’est le sommet de l’iceberg. 20 000 sushis bars ouvrent chaque année dans le monde. C’est à pleurer. Mais on surconsomme d’autres espèces comme la sole ou le turbot. Des cuisiniers commandent du poisson à leurs mareyeurs sans connaître l’état des stocks, sans savoir qu’il y a des saisons pour pêcher et des tailles minimales à respecter. La mer est le plus grand garde-manger de l’humanité mais ses ressources ne sont pas inépuisables. Il faut donc être en phase avec l’océan. »

source : le monde du 1/1/2010

Mon seul commentaire : je ne sais combien représentent en tonnes de poissons ces changements de cartes des grands restaurants mais quand je vois autour de moi le nombre de personnes qui mangent des sushis parfois plusieurs fois dans une même semaine, je me dis que ça ne va pas suffire … le message n’a pas l’air de passer auprès du grand public sur le fait que les océans se vident à une vitesse vertigineuse et quand, à mon niveau, j’explique pourquoi je ne mange plus de sushis on me répond d’un air dédaigneux « ah oui, tu en es là … »

Le thon en chiffre*

- Le thon rouge peut mesurer jusqu’à 3 mètres et peser 700 kilos. Mais il est capturé jeune, et souvent engraissé dans des cages.
- En 2008, les Français ont mangé 22,4 kilos de poisson en moyenne dont 3,4 kilos de thon, pour la plupart du thon blanc en conserve.
- 90% du thon rouge finit dans les assiettes japonaises. Les plus beaux spécimens s’arrachent à prix d’or, jusqu’à 150 000 euros, au marché de Tokyo.
- En France, 200 navires qui emploient un millier de marins sont habilités à pêcher le thon rouge. Mais les 28 thoniers basés dans le Golfe du Lion réalisent en fait l’essentiel des prises : 3 017 tonnes sur un quota français fixé à 3 591 en 2009.
- Le thon rouge n’est pas la seule espèce victime de surpêche. Selon la FAO, 19% des stocks mondiaux sont surexploités et 8% sont même épuisés.

* chiffres Terra Eco

Publicités
 

Chocapic contre Choc’o Pétales 20 janvier 2010

Filed under: Alimentation,c bon, c beau, c bio — greenmarie @ 10:03
Tags: , ,

Allez hop un petit duel de produits : un poids lourd de l’agro-alimentaire face à son ersatz bio.

Il faut reconnaitre que sur l’aspect packaging et nom des produits, les versions bios ont souvent l’air cheap et les noms ridicules, non ? les travers du marketing …

MAIS puisque l’important n’est pas le contenant mais le contenu j’ai regardé de près les tableaux nutritionnels : à ma grande surprise les valeurs nutritionnelles sont les mêmes quasi au centième de point de pourcentage près.

ALORS la différence est ailleurs … je continue ma petite enquête et là je trouve de quoi justifier mon billet du jour :

– les ingrédients d’abord : pour Kalibio, du blé entier à 47%, farine de blé, sucre de canne roux, chocolat au lait, poudre de cacao maigre et sel marin. Pour Chocapic, c’est moins alléchant : céréales (farine de blé complet, 32%, farine de blé, chocolat en poudre 25,5%, sucre, dextrose, extrait de malt d’orge, huile végétale (de palme ?), émulsifiant : lécithine de soja, sel, arômes.

– les céréales complètes sont annoncées sur les deux boites mais si Kalibio ne contient QUE des céréales complètes en revanche Chocapic est fait AVEC DES céréales complètes, en l’occurence au moins 25% annoncées.

– Kalibio garantit que ses composants sont bios, c’est à dire que la méthode de production privilégie les engrais naturels, bannit les pesticides et les OGM ; et préserve donc notre environnement et nos organismes. Quand on voit le chiffre que représente la culture de céréales, et donc les tonnes de produits phytosanitaires déversés, on se dit : des céréales oui mais seulement si elles sont bios !!

– comme souvent au niveau prix, le bio est un peu plus cher (1,50 euro d’écart) …

– …et comme souvent au niveau goût il est plus authentique, moins chimique !

Fin du match : Chocapic 3, Choc’O Pétales 5 !

 

Téléphonie : les réflexes verts mis en place par Orange 15 janvier 2010

Filed under: C malin !,Les bonnes pratiques,Marques responsables — greenmarie @ 8:32
Tags: , ,

Autre partenariat stratégique du WWF signé l’année dernière : Orange

Un partenariat qui donne des actions originales, multiples, plus ou moins engageantes pour l’entreprise mais bien pensées. Hélas je ne connais pas le taux de réussite, en tout état de cause, voici les réflexes verts proposés :

  • Réflexe n°1 : Regarder l’affichage écologique en magasin qui vous donne la performance environnementale de chaque téléphone (limitation du CO2, efficacité énergétique, préservation des ressources naturelles, recyclabilité, limitation des substances dangereuses)
  • Réflexe n°2 : Opter pour la facture électronique, envoyée par mail et consultable à tout moment. Elle a permis d’économiser 455 tonnes de papier en 2008, c’est beaucoup mais ça parait peu par rapport aux nombres d’abonnés Orange en France qui est le premier opérateur, non ?
  • Réflexe n°3 : Soutenir le WWF avec vos points fidélité pour financer des projets pédagogiques.
  • Réflexe n°4 : Conserver son mobile plus longtemps pour éviter la fabrication de nouveaux téléphones qui nécessitent de nombreuses matières premières non renouvelables et énergivores. Si vous renoncez à changer votre mobile, Orange vous fait un chèque de 40 euros et en verse 5 au WWF en échange de 1500 points fidélité. Seul bémol : un réengagement d’un an demandé.
  • Réflexe n°5 : Passer du neuf à l’occasion. Orange vend des téléphones d’occasion à des prix représentant un rabais jusqu’à 60% par rapport au prix d’achat, avec une garantie de 6 mois.
  • Réflexe n°6 : Recycler ses anciens équipements, téléphones, kits, batteries en les déposant dans les bacs spéciaux dans les magasins. Vous pouvez également recevoir des chèques cadeaux correspondant à la valeur marchande de votre ancien téléphone ! et Orange abonde de 5€ auprès d’Emmaüs…

Voilà qui devrait, selon la stratégie poursuivie par le WWF avec les entreprises leaders, tirer le marché de la téléphonie vers le … vert !

 

Ikéa propose le covoiturage à ses clients 13 janvier 2010

Depuis mars dernier, l’enseigne Ikéa a mis en place une plateforme de covoiturage en ligne à disposition de ses clients. Très simple, vous entrez le nom du magasin au départ ou à l’arrivée, ou le repérez grâce à la géolocalisation, postez votre annonce en tant que conducteur et passager et enfin vous appelez le contact si vos annonces correspondent !

http://covoiturage.ikea.fr/

L’enseigne suédoise a lancé une réflexion plus globale pour réduire son impact sur le réchauffement climatique et noué dans cette perspective un partenariat stratégique avec le WWF en mars 2009. De tels partenariats permettent aux entreprises d’être conseillées et accompagnées par des experts de l’ONG, qui en retour leur demandent de financer des projets concrets de préservation de la biodiversité.

Les engagements d’Ikéa en matière d’efficacité énergétique et de réduction des émissions de gaz à effet de serre :

– Réduire de 25 % sa consommation énergétique totale par rapport à 2005 (par mètre cube vendu en magasin et mètre cube déplacé dans les dépôts centraux)

– Utiliser 100 % d’énergies renouvelables pour les besoins en électricité et chauffage des unités IKEA

– Cesser la vente d’ampoules à incandescence fin 2009

Avec un objectif de passer de 5% à 15% en 2015 de visiteurs ayant recours aux transports doux, Ikéa commence seulement avec le covoiturage à mettre en place une politique plus ambitieuse.

> Green Marie ayant le sens pratique comme vous le savez, elle s’est posé une question : « mais comment tu fais si tu repars avec un canapé, deux lampes, 3 sachets de daims et une plante verte ??? tu squattes la voiture de ton conducteur occasionnel qui sera dès lors vacciné contre le covoiturage ?!!!  » La réponse qui m’a été faite a achevé de me convaincre de l’utilité d’une telle pratique conviviale après tout : un client qui envisage d’acheter sa cuisine chez Ikéa revient en moyenne 5 fois !!! Mais oui biensur, c’est du vécu : repérer le modèle de cuisine, prendre les mesures, voir un conseiller et dessiner son plan sur une petite fiche quadrillée avec le crayon de bois, revenir parce que b…de…m ça rentre pas dans ma vraie cuisine, refaire le plan, commander les éléments, revenir parce « eh m… j’ai oublié les plinthes, …ça vous rappelle quelque chose ?!

 

Manger moins de viande fait (beaucoup) de bien à la planète 7 janvier 2010

Filed under: Alimentation — greenmarie @ 9:08
Tags: ,

Ami carnivore, passe ton chemin ! ou bien laisse toi convaincre de baisser ta ration hebdomadaire de viande ! Sais tu combien, toi citoyen des pays industrialisés, tu consommes de viande par an ? 80 kg, et encore ce chiffre stagne dans les pays dits développés, en revanche la croissance de la consommation de produits issus de l’élevage (viande, produits laitiers) est fulgurante dans les pays en voie de développement, ce qui amènera à doubler la production d’ici 2050 selon les experts.

Les conséquences ? des pénuries annoncées de viande mais aussi de ce qui permet de la « produire », l’eau, les céréales -7 kg sont nécessaires pour produire 1 kg de viande -, les terres cultivables qui sont prises sur les terres boisées notamment (70%  des terres boisées d’Amérique du sud sont désormais consacrées à l’élevage ; et au niveau planétaire la déforestation pour convertir des terres en pâturages ou en cultures fourragères représente 9% des émissions de CO2).

Ces pénuries affecteront les hommes puisque aujourd’hui 40% des céréales cultivées dans le monde sont destinées à alimenter le bétail. Nous cultivons de la nourriture pour nourrir des animaux afin qu’ils nous nourrissent : c’est un cercle vicieux non ?

Deux solutions conjointes sont envisageables :

la baisse de la consommation, et en plus c’est bon pour la santé :  c’est vrai, l’excès de viande accroit le risque de maladies cardio-vasculaires, l’obésité et le diabète. En revanche, elle est source de fer, vitamines B12, zinc, sélénium ; tout comme le poisson ou les oeufs, elle fait partie d’un régime alimentaire équilibré pour peu qu’on n’en abuse pas. Une fois par jour est déjà beaucoup.

l’amélioration des modes de production car l’élevage intensif est responsable de 18% des émissions de gaz à effet de serre. D’une part le stockage et l’épendage de fumier est responsable de 65% des émissions d’oxyde nitreux, qui est un puissant gaz à effet de serre , d’autre part le méthane dégagé par les éructations et gaz des ruminants représente plus d’un tiers du méthane émis par l’activité humaine. Déjà l’INRA a découvert qu’en introduisant de l’huile de lin dans l’alimentation des bêtes, les émissions de méthane baissaient d’un tiers.

Alors face à ces constats édifiants que faire ? pas facile de réduire la ration de viande et les laitages surtout quand on aime la bonne chair (et la raclette ô combien réconfortante par ces grands froids!). La solution est de varier le plus possible les menus, introduire de nouveaux ingrédients, limiter la viande à une fois par jour maximum, mixer les légumes, les céréales, les féculents, le poisson, le tofu, les légumineuses,… allez sortez vos livres de recettes !

Source : Le Monde du 23 décembre 2009

 

Effet de serre, couche d’ozone, réchauffement climatique : faisons le point 2 janvier 2010

Faisons un petit jeu !

Qui peut m’expliquer la différence entre l’effet de serre, le réchauffement climatique et le trou dans la couche d’ozone ? Cette question va paraitre incongrue à des écocitoyens bien informés mais le fait est qu’il y a souvent des amalgames entre ces sujets.

tic tac tic tac tic tac tic tac tic tac

Bon allez je vais être sympa, je vais vous répondre !

L’effet de serre est un phénomène naturel, il régule la température autour de la Terre ; sans lui la Terre serait congélée à -18° !!!

Le réchauffement climatique n’a rien de naturel lui puisqu’il est provoqué par l’activité humaine, qui depuis un siècle produit démesurément de la chaleur, du CO2, et détruit parallèlement les ressources naturelles. Notamment les forêts, dont les arbres ont la capacité d’absorber le CO2 et sont de véritables puits de carbone. En détruisant la forêt, on accentue encore plus le phénomène de réchauffement. C’est que ces millions de tonnes de  CO2 s’accumulent d’année en année dans l’atmosphère, elles sont stockées ! Quand on sait qu’il faut 100 ans au CO2 pour disparaître, on comprend mieux pourquoi il y a urgence à freiner les émissions.

Le fameux trou dans la couche d’ozone, qui fut dans les années 80 l’un des premiers sujets à interpeller les citoyens du monde entier, n’a rien à voir avec le climat ; en effet, le rôle de la couche d’ozone est de filtrer les rayons du soleil. Sans cette couche de protection les rayons solaires sont très violents et dangeureux pour les hommes notamment or à certaines périodes de l’année elle connait des trous. Et si les principaux produits chimiques responsables de la destruction de l’ozone, les CFC présents dans les aérosols notamment, sont désormais interdits, ils ont parfois été remplacés pour des produits encore plus nocifs !

alors ça y est c’est plus clair ?! merci qui ? merci green Marie !  😉